Nicolas Sanhes : artiste international !

Imprimer Zoomer Dézoomer

Partager cet article :

Posté le 04 Nov. 2016 - Mis à jour le 15 Septembre 2017

Le sculpteur saint-quentinois, Nicolas Sanhes n’en finit pas d’exposer ses œuvres et de les négocier à travers le monde... rencontre :

Nicolas Sanhes© Photothèque SQY - J.J. KraemerL’artiste est soutenu par SQY. Un accord (une œuvre monumentale contre les loyers) lui permet de travailler dans un grand atelier à Elancourt et il fut le locataire durant de nombreuses années de l’un des ateliers de la commanderie des Templiers. Plusieurs de ces œuvres sont exposés à SQY.

De Rodez à Paris, en passant par Saint-Paul de Vence et... Miami !

Le musée Soulages à Rodez a choisi trois de ses œuvres monumentales pour sa première exposition dans ses jardins, de juin à octobre. Aujourd’hui Nicolas Sanhes fourmille de projets. Il expose jusque fin novembre à la galerie Pierre-Alain Challier à Paris, à la galerie Podgorny Robinson à Saint-Paul de Vence et vient de voir partir une de ses sculptures à Miami, achetée par un collectionneur new yorkais.

« Pour 2017, je prépare une exposition à Calcutta en Inde, organisée par l’ambassade française. J’ai été choisi comme l’artiste français pour le festival Bonjour India. Je prépare également une très grande pièce qui sera installée devant le siège social d’une usine de métallurgie indienne, explique l’artiste. Tout cela est le résultat de longues années de travail. C’est la concordance de la stratégie d’événements que j’ai mis en place avec mes sculptures monumentales. J’ai aujourd’hui un réseau pour envisager de travailler à l’international, du transporteur saint-quentinois le groupe Legendre, aux ingénieurs de SYSTRA grand Paris. »

L'ambition de l'international

Une autre œuvre de Nicolas Sanhes partira bientôt à Strasbourg pour être installée sur le parvis d’une clinique privée. Autre projet du sculpteur : la numérisation de ses sculptures afin de pouvoir les recréer dans des formats encore plus importants.

« Je crée ici dans mon atelier à Elancourt. La sculpture doit se faire à la main. Dans mon travail, tout se joue entre le plein et le vide, ce qui n’est pas visible sur un écran d’ordinateur. » Afin d’asseoir son projet à l’international, Nicolas Sanhes envisage de recruter 2 personnes en 2017 pour le travail d’atelier.

« Pour être un artiste international, il faut être un véritable chef d’entreprise. On fabrique « un produit », une œuvre d’art qu’il faut faire connaitre et reconnaître et vendre sur le marché de l’art.

http://www.nicolassanhes.fr/

D'acier et d'azur, l'installation et l'exposition de Nicolas Sanhes dans le jardin du Musée Soulages à Rodez from Nicolas Sanhes on Vimeo.

Partager cet article :

Haut de page