Gyrolift : révolutionner le déplacement en fauteuil roulant

Imprimer Zoomer Dézoomer

Partager cet article :

Posté le 19 Déc. 2017 - Mis à jour le 19 Décembre 2017

Avec son Gyrolift, Lambert Trenoras va révolutionner le déplacement en fauteuil roulant. Son invention, crées au sein d'un des laboratoires de l'UVSQ, est déjà attendue par de nombreuses handicapées à travers le monde.

Gyrolift page© C. Lauté - Photothèque SQY"Le Gyrolift va changer la vie des personnes handicapées" lance Lambert Trenoras, docteur à l’UVSQ.

Ce fauteuil roulant va leur permettre de se tenir debout. Il peut franchir des obstacles et permet l’accès à la plage et à la forêt. Il donne accès à la réinsertion dans l’emploi, à une vie sociale. C’est une solution universelle pour tous au-delà des personnes handicapées. Ça peut également aider des personnes âgées dans leurs déplacements. »

L’aventure de ce fauteuil révolutionnaire commence il y a environ six ans, lorsque Lambert Trenoras se voit proposer une thèse sur ce sujet, au sein du laboratoire d’ingénierie des systèmes de Versailles (LIV), par le président du Ceremh (Centre de ressources et d’innovation mobilité handicap). «Au bout d’un an, nous avions le démonstrateur et au bout de deux ans, le prototype. » Le Gyrolift est en fait l’association d’un fauteuil roulant verticalisateur et d’un gyropode.

Pour cette innovation, tout a été développé en interne au laboratoire. Seules les pièces usinées ont été fabriquées par un industriel. « Nous sommes aujourd’hui en phase de pré-industrialisation. Nous avons travaillé sur une levée de fonds et nous avons trouvé des partenaires industriels» précise Lambert Trenoras.

Une start-up pour développer le Gyrolift

Le Gyrolift n’est pas encore commercialisé que déjà les demandes affluent. « Je reçois des mails du monde entier pour me demander quand le produit sera disponible et comment se le procurer. » Pour développer et commercialiser son fauteuil, Lambert Trenoras a créé il y a quatre ans une start-up qui est domiciliée à Saint-Quentinen-Yvelines.

« À l’époque, créer ainsi une start-up n’était pas encore dans les usages. Je suis aidé et accompagné par X-Up, l’accélérateur de l’École polytechnique. » Cette invention vient également de remporter le prix du public du dernier concours Apynov de la CCIV, avec à la clef, une invitation pour le CES de Las Vegas, en janvier prochain.

« En termes de visibilité c’est fantastique. C’est le meilleur endroit pour se faire des réseaux et trouver des partenaires notamment financiers. Par ailleurs, ce salon est une porte ouverte sur le marché américain. » Après la phase de préindustrialisation du Gyrolift, le produit doit être mis sur le marché au second semestre 2018.

www.gyrolift.fr

Partager cet article :

Haut de page