Une maison exemplaire à Montigny-le-Bretonneux

Imprimer Zoomer Dézoomer

Partager cet article :

Posté le 24 Nov. 2017 - Mis à jour le 24 Novembre 2017

À bientôt 40 ans, le pavillon de Jean-Luc vient de s’offrir une cure de Jouvence avec une isolation thermique par l'extérieur. Un investissement rendu possible via la plateforme RePerE Habitat.

Isolation des combles, pose d’un chauffeeau solaire, installation de panneaux photovoltaïques… Pour Jean-Luc Manceau et son épouse, maison rime avec innovation… et expérimentation. « Nous habitons ce pavillon depuis 22 ans. Nous avons fait des travaux progressivement, en fonction des opportunités, du budget… Le crédit d’impôt sur les équipements solaires (NDLR : supprimé en 2014) nous a bien aidés à l’époque », se souvient Jean-Luc Manceau, consultant en développement durable depuis une dizaine d’années.

Objectif : réduire sa consommation d'énergie

Maison exemplaire à Montigny-le-BretonneuxJean-Luc Manceau© C. Lauté - Photothèque SQYCette année, le couple a souhaité réduire sa consommation d’énergie et offrir un coup de jeune à la façade de cette maison construite en 1979. « Nous avons contacté plusieurs artisans, mais chacun vend son savoir-faire en assurant que c’est LA solution. Je n’étais pas convaincu », confie Jean-Luc Manceau. Plusieurs visites de maisons exemplaires avec l’Alec SQY l’incitent à envisager une isolation thermique par l’extérieur. Technique qui consiste à envelopper le bâtiment d’une « peau » isolante, et éviter ainsi les déperditions de chaleur, tout en réalisant son ravalement.

Entre bilan, conseils et simulations des économies et aides financières, l’accompagnement à travers la plateforme RePerE Habitat a permis à ces propriétaires ignymontains de s’assurer que cet investissement, avantageux sur le long terme, répondait à leurs attentes. « On a découvert dans la matériauthèque un isolant à base de fibre de bois compressé qu’on a décidé d’utiliser, à la place du polystyrène. Et on a choisi une entreprise locale  signataire de la charte RePerE Habitat, ce qui était pour nous un gage de sérieux supplémentaire. »

Le couple n’a pas eu à déménager pendant le chantier et la surface habitable est restée inchangée. Toiture et volets ont, en revanche, dû être modifiés. « Nous savions que ces travaux coûteraient plus cher mais c’est un choix, pour la planète et la valorisation de notre patrimoine », explique Jean-Luc Manceau. « Aujourd’hui, la maison est beaucoup plus agréable à vivre, et nous avons déjà réduit notre consommation d’énergie de 30 %. »

Infos et inscription à la plate-forme Reper Habitat :
www.reperehabitat.fr

Partager cet article :

Haut de page