Menu

Ecotrail de Paris : une leçon d'endurance

Imprimer Zoomer Dézoomer

Partager cet article :

Posté le 17 Fév. 2017 - Mis à jour le 18 Mai 2017

L'Ignymontain Fabien Parmantier se prépare pour son dixième Ecotrail de Paris, qui partira de Saint-Quentin-en-Yvelines le 18 mars. Rencontre.

Le 18 mars, au départ de l’Île de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines, il sera un concurrent parmi 2 500 à prendre le départ de l’épreuve emblématique de l’Ecotrail de Paris. Mais contrairement à beaucoup d’autres, Fabien Parmantier est un « full finisher », à savoir qu’il a participé et terminé dans les délais toutes les éditions du 80 km.

« Au départ, tout est parti d’un pari avec un collègue. La première édition avait lieu le 16 février 2008, le jour de mes trente ans, et c’était un défi intéressant », explique Fabien Parmantier. Très sportif, l’Ignymontain avait à son actif quelques marathons, mais courir 80 km sur des sentiers, avec 1 500 m de dénivelé est plus difficile.

EcoTrail de Paris 2017 - Fabien ParmantierFabien Parmantier© C. Lauté - Photothèque SQY« La foulée est différente : on doit toujours faire attention où on met les pieds, on court la nuit avec une lampe frontale... Et puis, quand on a un coup de mou au trentième kilomètre, sur un marathon on sait qu’on est presque au bout. Là, on n’a même pas fait la moitié. C’est dur, physiquement et mentalement. » Pour sa première, il mettra 10 h 30 à rallier l’arrivée au premier étage de la tour Eiffel. L’année suivante, il mettra 11 h 18. « C’était terrible, j’avais tellement de crampes ! Mais je ne voulais pas abandonner. Une autre fois, j’ai été malade, j’ai perdu six kilos pendant la course. Dans ces cas-là, on ne tient qu’au mental », explique le trailer qui se revendique comme un bon vivant. 

Aucun Ecotrail n'est pareil

 Au-delà de la douleur, c’est avant tout le plaisir que recherche Fabien. « On passe par plusieurs niveaux d’émotions : il y a la douleur, l’euphorie, la lassitude, du bien-être. J’adore cette course, très bien organisée et qui nous fait passer dans des endroits insolites. Aucun Ecotrail n’est pareil, ça dépend de son état de forme, de la météo... »

Avec l’expérience, Fabien a bien progressé. Il a terminé ses deux derniers Ecotrail en moins de 8 h 30, grâce notamment à une meilleure gestion de sa course. Et il espère faire aussi bien en mars prochain. Les courses de longue distance sont devenues une passion pour lui, l’envie « d’aller plus loin, plus haut ». En 2016, il a participé à huit épreuves, qui lui ont permis de gagner suffisamment de points qualificatifs pour le tirage de l’Ultra trail du Mont-Blanc

. Le 12 janvier dernier, la bonne nouvelle est tombée : il participera à la prochaine édition, fin août 2017. En 2015, il avait parcouru les 168 km (et 9 600 m de dénivelé positif) en 39 h 59. « Mais avant, il y aura l’Ecotrail, évidemment ! » Qui, en comparaison, a presque des airs de mise en jambes en douceur, finalement

L’ECOTRAIL DE PARIS A DIX ANS
La 10e édition de l’Ecotrail de Paris aura lieu les 18 et 19 mars. Cette manifestation éco-responsable propose différents parcours, allant de la randonnée pour non-sportifs aux courses natures longues distances pour trailers confirmés. Le départ du 80 km sera à nouveau donné de l’Île de loisirs, le 18 mars à 12 h 15, et les concurrents auront un maximum de 12 h 45 pour rallier la tour Eiffel.
Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 28 février. Plus de renseignements sur www.traildeparis.com

Partager cet article :

Haut de page
Top