Mélissa Mayeux : "C'est le début d'un rêve"

Imprimer Zoomer Dézoomer

Partager cet article :

Posté le 08 Août 2017 - Mis à jour le 8 Août 2017

Formée à Montigny-le-Bretonneux, Melissa Mayeux (18 ans) est revenue jouer avec les Cougars cette saison. Mais la seule femme du championnat de France ne va pas rester. Elle nous révèle avoir été recrutée par une université de Miami, où elle part s’installer.

Mélanie Mayeux Baseball© C. Lauté - Photothèque SQYQuel bilan faites-vous à l'issue de la saison régulière des Cougars ?

Collectivement, je suis satisfaite parce qu’on a réussi à être constamment dans les trois-quatre premiers, et c’est vraiment bien pour une équipe qui vient de remonter en D1. J’ai été surprise de notre début de saison. Personnellement, c’est plus mitigé parce que j’ai moins bien tapé que la saison dernière.

Qu’est-ce qui vous a motivé pour revenir à Montigny ?

Déjà, c’est mon club formateur et le fait qu’il soit revenu en première division a été une bonne opportunité de revenir aux sources. Pouvoir jouer avec mon frère (Dylan) et mon oncle (Tom) tous les week-ends me tenait à coeur et ça m’a poussé à revenir. C’était un choix logique.

C’est important l’ambiance quand on intègre une nouvelle équipe ?

Oui, parce que s’il y a une mauvaise cohésion, on va tous jouer perso. Les individualités prennent le dessus, et l’équipe part un peu en cacahuète. Là, tout le monde s’entend bien, on est soudés. C’est notre force. Je pense qu’on peut créer la surprise en septembre (lors des play-off) si on a la rage de vaincre.

Quel est votre statut dans le championnat de France, où vous êtes la seule femme ? Vous sentez-vous à part ?

Personnellement, je me sens comme tous les autres. Ce sont peut-être les autres qui font la différence. Mais moi, je me sens comme un joueur, je joue comme un joueur et, sur le terrain, je me comporte comme un joueur. Je ne pose pas trop de questions.

Il y a deux ans, vous avez fait sensation aux USA en étant la première femme de l’histoire présélectionnée pour la Ligue majeure. Comment avez-vous vécu ce buzz médiatique ?

Au début, ça a été difficile. Du jour au lendemain, j’ai eu des milliers de messages sur Facebook, plein de commentaires bons ou mauvais sur Internet, des demandes d’interviews… Moi, j’aime être discrète, donc ça n’a pas été facile à gérer. Au bout d’une semaine, j’ai carrément changé de téléphone pour ne plus avoir Internet et voir tous les commentaires. J’ai repris ma vie normale, et je ne me suis pas pris la tête avec ça. Parfois, j’ai droit à des petites remarques, pour rigoler, mais moi je n’ai pas changé mon attitude par rapport à ça. Prendre la grosse tête, ce n’est pas moi.

Que s’est-il passé ensuite ?

J’ai fait le mini-camp de la MLB (Major League Baseball) pendant une semaine, en juillet 2015, où j’ai surtout travaillé la frappe et la défense. Puis un grand camp en août, à faire des matchs avec les meilleurs Européens, devant des recruteurs. J’en ai refait encore à l’été dernier (2016) mais pas cette année puisqu’ils ont arrêté pour les moins de 18 ans. Pour ma part, je vais partir au Miami Dade College, qui est venu me chercher. Là-bas, je serai prise en charge à 100 %. Je suis en train de faire tous les papiers pour partir étudier là-bas. La rentrée universitaire est fin août.

Donc vous ne pourrez pas jouer les play-off avec Montigny-le-Bretonneux en septembre ?

Je ne sais pas encore. On va voir comment ça s’organise.

Comment vivez-vous ce départ aux États-Unis ?

Un peu stressée parce que je me demande comment ça va se passer, comment je vais être accueillie. Mais je suis très contente parce que c’est le début d’un rêve, ça a toujours été mon objectif depuis que je suis petite.

À l’université de Miami, vous partagerez votre temps entre études et baseball ?

Non, là-bas, je ferai du softball (une variante du baseball). J’aurai mes cours, et les entraînements et les matchs à côté. J’espère pouvoir faire aussi du baseball là-bas, mais ce n’est pas encore sûr.

Vous reverra-t-on la saison prochaine avec les Cougars ?

Peut-être que oui, peut-être que non. En théorie, il y a moyen de s’organiser parce que le College se finit début mai et je pourrais jouer la suite de la saison avec Montigny-le-Bretonneux. On verra…

Site internet du club : www.montigny-baseball.com

Ralf Woodall pour saint-quentin-en-yvelines.fr

Partager cet article :

Haut de page