Menu

Tribunes politiques

Imprimer Zoomer Dézoomer

Partager cet article :

Posté le 17 Mai 2016 - Mis à jour le 2 Décembre 2016

Chaque mois, SQY donne la parole aux groupes politiques constitués au sein de l'agglomération : conseillers communautaires divers droite et conseillers communautaires de gauche.

Décembre 2016

Conseillers communautaires divers droite

AGIR CONCRÈTEMENT POUR LE BIEN-ÊTRE DES HABITANTS !

Face à une Gauche aux abois, qui se contente de tout critiquer en usant de caricatures indignes et d’accusations injustes, les élus de la majorité de Saint-Quentin-en-Yvelines continuent de travailler sereinement pour le bien-être des habitants !

LA CULTURE PRÉSERVÉE

Malgré la baisse sans précédent des dotations de l’État (-15M€ en 3 ans pour SQY) décidée par le gouvernement socialiste, ce dernier étant bien incapable de relancer la croissance et l’emploi (6M de chômeurs), les élus de la majorité sont par exemple fiers de continuer à investir dans la Culture !

Après 18 mois de travaux de rénovation, la Médiathèque du Canal à Montigny-le-Bretonneux et les nouveaux locaux du Musée de la ville rouvrent ainsi leurs portes. Espaces dédiés aux livres et à la musique, auditorium, ressources en ligne… Ce lieu culturel pour apprendre et se détendre a été entièrement reconfiguré pour devenir plus convivial, plus accessible et être une source de multiples découvertes quel que soit son âge !

UNE TERRE D’INNOVATIONS

Le Département des Yvelines et Atos, leader international des services numériques, viennent également d’annoncer le développement d’un pôle d’innovation au rayonnement mondial au coeur de Saint-Quentin-en-Yvelines ! La construction aux Clayes-sous-Bois de ce « data center » de nouvelle génération ancre ainsi, encore un peu plus, notre territoire parmi les zones les plus innovantes du monde !

L’inauguration du « SQY Cub », le nouvel espace d’innovation et d’entrepreneuriat de Saint-Quentin-en-Yvelines, en est d’ailleurs l’illustration. Les entrepreneurs seront mis dans un réseau et une vingtaine de start-up seront notamment accompagnées afin de booster leur croissance et d’intensifier la création d’emplois sur notre territoire.

UNE ADMINISTRATION MODERNISÉE

Soucieux d’un service public de qualité, les élus de la majorité portent enfin le nouveau Portail Espaces Publics de Saint-Quentin-en-Yvelines (PEP’S) qui facilite l’accès en ligne à l’ensemble des services de l’agglomération.

Aménagement, transports, éclairage, assainissement, télécommunication… Il s’agit en effet de simplifier la vie de nos concitoyens avec une administration innovante qui soit toujours mieux au service des habitants et des entreprises de notre territoire !

Conseillers communautaires de gauche

Nous avons découvert avec étonnement la tenue d’une soirée sur le projet de territoire sous le haut patronage de Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France et en présence de Pierre Bédier, Président du Département des Yvelines, le 29 novembre. Nous nous interrogeons à plusieurs titres sur la pertinence de l’organisation de ce type de soirée. Dans une période de disette budgétaire, alors qu’on nous explique à longueur de temps que des restrictions budgétaires qui vont impacter durablement l’attractivité du territoire sont nécessaires, la multiplication de ces « shows » qui n’ont d’autres objets que de se mettre en scène et de communiquer sur du vide est plus que contestable. Ce n’est pas la première soirée de ce genre, tout cela a un coût pour les contribuables, sur lequel nous demandons de la transparence et nous sommes très dubitatifs sur l’intérêt de cet entre soi qui n’apporte rien au territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines et à ses habitants.

Concernant la soirée du 29 novembre on nous parle de « temps fort », « d’événement fédérateur » sur un sujet, le projet de territoire, qui dans les faits n’a encore été ni réellement travaillé ni débattu ! C’est devenu une habitude que d’avancer en dépit du bon sens et sans méthode à Saint-Quentin. Qu’on se réunisse à l’issue d’une séquence de travail et d’échanges entre les 12 villes et tous les acteurs du territoire, de manière festive, pour communiquer sur la restitution de ce travail et sur les perspectives d’avenir, cela peut s’entendre. En revanche, privilégier le paraître et le clinquant en organisant un show politique n’est pas à la hauteur de l’enjeu, pourtant essentiel, celui de l’avenir de notre agglomération. Organiser un tel événement en juin aurait pu avoir du sens, le faire maintenant montre le peu de cas qui est fait du contenu du projet. Travailler à 12 est difficile, se mettre d’accord sur le développement de notre territoire et sur les moyens qu’on se donne pour y arriver est passionnant mais demande une volonté, du sérieux et de la méthode. Une vision partagée de notre avenir se construit et mérite mieux qu’une mise en scène coûteuse au théâtre de Saint-Quentin.


Novembre 2016

Conseillers communautaires divers droite

ENSEMBLE, PRÉPARONS L’AVENIR !

COMPOSÉE DE 12 COMMUNES DEPUIS LE 1ER JANVIER 2016, Saint-Quentin-en-Yvelines, terre d’innovations, a engagé une large réflexion visant à mettre en place un projet de territoire durable et concerté.

UNE VISION STRATÉGIQUE DU TERRITOIRE

Grâce aux nouvelles technologies, l’ensemble des habitants du territoire peut ainsi s’exprimer et alimenter les analyses destinées au diagnostic du territoire, étape préparatoire essentielle au projet.

Ce projet se veut en effet être une vision stratégique de notre territoire déclinée à court, moyen et long termes. Il poursuit l’objectif de donner du sens, de la cohérence ainsi qu’une meilleure lisibilité des actions intercommunales et locales à l’échelle de Saint-Quentin-en-Yvelines.

PRIORITÉ AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Le développement économique sera notamment au coeur de notre stratégie afin de favoriser la création de richesses et d’emplois sur notre territoire.

Dans ce domaine, le « SQY Business Day », du 13 octobre dernier, a d’ailleurs été un véritable succès avec plus de 550 entreprises et 760 entrepreneurs présents ! Près de 3 600 RDV ont ainsi pu avoir lieu, dans l’enceinte de notre Vélodrome National, pour permettre aux entreprises de notre territoire de mieux se connaître et de davantage travailler ensemble.

Outre l’organisation de cet évènement, une plateforme de crowdfunding et notre nouvel incubateur vont être inaugurés prochainement pour dynamiser encore davantage notre tissu entrepreneurial. C’est une nécessité à l’heure où le gouvernement socialiste a décidé une baisse sans précédent des dotations de l’État aux collectivités locales…

UNE BAISSE SANS PRÉCÉDANT DES DOTATIONS DE L’ÉTAT

Au total, ce sont ainsi plus de 15 millions d’euros en 3 ans que Saint-Quentin-en-Yvelines a dû trouver, c’est du jamais vu ! Heureusement, grâce à une politique dynamique de maîtrise des coûts, la majorité a réussi à ne pas augmenter les impôts, tout en obtenant des agences de notations qu’elles améliorent la note financière de Saint-Quentin-en-Yvelines. Un résultat assez exceptionnel dans ce contexte national d’asphyxie financière…

S’agissant de notre Département, les coupes budgétaires décidées par l’État ont également été extrêmement brutales. Les Yvelines sont ainsi le département le plus touché de France avec une chute de 90 % de la DGF, une baisse sans précédent. Cela représente une perte sèche de 200 M € que le Département a dû absorber en urgence ! Le gouvernement socialiste cible ainsi les Yvelines qu’il trouve « trop riches », à la fiscalité trop faible, et punit la gestion d’un Département jusqu’ici réputé pour son sérieux.

Malgré ce contexte hostile où le gouvernement socialiste fait payer sa mauvaise gestion aux collectivités locales, notre ambition pour Saint-Quentin-en-Yvelines reste en tout cas intacte. En misant sur nos entreprises et l’emploi, les transports, l’aménagement et l’habitat, ou encore l’animation culturelle et sportive, il s’agit de faire de notre territoire une terre d’innovations résolument tournée vers l’avenir !

Conseillers communautaires de gauche

PARMI LES « RÉJOUISSANCES » LIÉES À LA CRÉATION DE LA NOUVELLE AGGLOMÉRATION DE SAINT-QUENTIN-EN -YVELINES, trois grands chantiers sont devant nous : La définition des intérêts communautaires (ce qui relève de la compétence des communes et ce qui relève de l’intercommunalité) ; le travail sur les charges transférées qui est mené par une commission spécifique (CLECT) qui permettra d’évaluer ce qui revient financièrement à chaque commune ; et enfin le projet de territoire.

La logique voudrait que les trois sujets, qui sont très liés, soient travaillés en même temps. La logique voudrait aussi qu’un calendrier et une méthode clairs aient été arrêtés qui permettent à chaque commune d’être intégrée dans la discussion collective de la même manière quelles que soient sa couleur politique ou son antériorité dans l’agglomération. Or il n’en est rien ! L’exécutif de droite a décidé de mener au pas de charge la question des intérêts communautaires avec un vote annoncé avant la fin de l’année. Pourquoi tant de précipitation alors que la loi nous donne encore un an ? Sur de nombreux sujets les désaccords sont profonds, des thèmes comme la culture, les piscines n’ont encore jamais été abordés collectivement alors qu’on sait qu’ils génèrent des crispations fortes. Dans ces conditions, il parait assez improbable d’arriver à un consensus rapidement ! De plus, comment peut-on déconnecter ce sujet de celui du projet de territoire que nous souhaitons porter et qui, lui, doit être finalisé dans plusieurs mois et mettre ainsi la « charrue avant les bœufs » ?

Concernant le travail de la commission locale sur les transferts de charges nos interrogations sont, là encore, nombreuses. Les résultats auxquels la CLECT arrive font apparaître des aberrations
dans la future répartition financière entre les 12 communes. Nous n’accepterons pas que l’intercommunalité dont l’intérêt est de gagner en force et en cohérence grâce à la mutualisation et en corrigeant les déséquilibres du territoire, se transforme en simple tiroir-caisse pour les uns au détriment des autres, bafouant ainsi les règles d’équité entre communes.

Nous ne cessons de le répéter : il manque toujours une vision pour notre territoire et le chemin pour avancer ensemble. Et plus que jamais nous sommes interrogatifs sur la capacité de l’exécutif à faire…


Octobre 2016

Conseillers communautaires divers droite

FAIRE DE SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES UNE AGGLOMÉRATION AMBITIEUSE !

ALORS QUE SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES REGROUPE DÉSORMAIS 12 COMMUNES et près de 230 000 habitants, les élus de la majorité sont déterminés à bâtir des fondations solides pour préparer l’avenir de notre nouvelle intercommunalité !

UN PROJET DE TERRITOIRE

C’est pourquoi, la priorité est d’élaborer, ensemble, un nouveau projet de territoire qui constituera la colonne vertébrale d’un développement commun et partagé de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Le développement économique sera notamment au coeur de notre stratégie afin de favoriser la création de richesses et d’emplois sur notre territoire.

« SQY BUSINESS DAY »

Dans ce secteur, de nombreuses actions sont d’ailleurs menées. Outre l’organisation de la 1re soirée des entrepreneurs ou l’inauguration programmée de « SQY Cub », notre nouvel incubateur pour doper le développement de nos start-up, l’agglomération organise le 13 octobre prochain, au Vélodrome National, son 1er « SQY Business Day ».

L’ambition de cette journée est de promouvoir un « patriotisme économique saint-quentinois » en rapprochant les entreprises de notre territoire et en facilitant les relations entre grands groupes et PME locales.

Sans oublier les actions menées en matière de Transport (arrivée du réseau « Autolib » ou future ligne 18), de Culture (inauguration à venir du pôle culturel du Canal), ou de Sport (Ryder Cup ou en appuyant la candidature de Paris pour les JO 2024).

UNE GESTION EXEMPLAIRE

La stratégie que la majorité met en place permet également à notre agglomération de faire face à la baisse sans précédent des dotations de l’État décidée par le gouvernement socialiste. Au total, ce sont ainsi plus de 15 millions d’euros en 3 ans que Saint-Quentin-en-Yvelines a dû trouver, c’est du jamais vu !

Sans augmenter la pression fiscale, que ce soit sur les ménages ou sur les entreprises, d’importantes économies ont ainsi été réalisées. Une optimisation de nos services est en effet mise en oeuvre, afin de garantir un service public modernisé et de meilleure qualité.

C’est cette gestion courageuse qui vient notamment d’être saluée par l’agence de notation Standard&Poor’s en relevant la note financière de notre agglomération.

C’est donc en avançant dans un esprit constructif avec l’ensemble des élus des 12 communes, comme se fera d’ailleurs le travail sur les intérêts communautaires, que la majorité est déterminée à faire de Saint-Quentin-en-Yvelines un territoire toujours plus attractif !

Conseillers communautaires de gauche

C’EST UN COUP DE MASSUE POUR LES habitants de saint-Quentin-EN-YVELINES ET DES YVELINES. Le département augmente de 66 % la taxe foncière ! Du jamais vu dans un département classé de surcroît parmi les plus riches de France. Ce sont les particuliers mais aussi les entreprises yvelinoises qui sont impactés directement. Cette augmentation est d’autant plus choquante et incompréhensible qu’en parallèle le département casse progressivement et inéluctablement tous les services de proximité qu’il doit assumer dans le cadre de ses compétences et supprime des politiques essentielles pour le lien social.

Messieurs Laugier, Fourgous, Coquard, Mesdames Kollmannsberger, Rosetti, Capiaux, vous qui siégez au sein de l’assemblée départementale et assumez aussi des responsabilités souvent éminentes au sein de l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, comment justifiez-vous cette pression fiscale supplémentaire, alors que le département se désengage massivement dans des secteurs clefs, pénalisant directement notre territoire que vous êtes censés représenter et défendre ?

Suppression des PMI, démantèlement de la prévention spécialisée, casse de la politique d’aide à l’enfance, postes d’assistantes maternelles non pourvus, disparition massive des subventions culturelles… En terme d’investissement le bilan n’est guère plus réjouissant : à quand une rénovation du collège vétuste de Magny, des travaux sur les routes départementales saturées comme la RD912 ? À quand le Très Haut Débit partout sur notre territoire alors que les décisions de 2014, qualifiées de « désastreuses » par le conseiller départemental Yves Vandewalle (LR) nous ont fait perdre des années ?

Pour les habitants de Saint-Quentin-en-Yvelines, entre les politiques du département et celles de l’agglomération, c’est donc double peine ! Face à un département qui ponctionne mais dont les actions sont déconnectées de ses missions, face à une agglomération qui peine à se construire et est incapable de mettre en place une véritable coopération intercommunale, ne nous étonnons pas de voir de nombreux concitoyens s’interroger sur le rôle de ces collectivités et leur intérêt !


Septembre 2016

Conseillers communautaires divers droite

ENSEMBLE, PRÉPARONS L’AVENIR DE NOTRE TERRITOIRE !

PRÉPARER L’AVENIR DE SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES, c’est l’ambition de notre Projet de territoire, que la majorité élabore en misant sur la concertation, notamment avec les élus et les habitants.

Cette stratégie vise à établir, pour nos 12 communes, une cohérence dans notre vision de l’urbanisme, de notre politique associative, sportive, culturelle ou encore sociale.

Au quotidien, la majorité continue également d’agir concrètement pour le dynamisme de Saint-Quentin-en-Yvelines et le bien-être de ses habitants.

AGIR POUR LA FORMATION ET L’EMPLOI

C’est notamment le cas en matière de formation et d’emploi. Malgré la chute sans précédent des dotations de l’État, décidée par le gouvernement socialiste, la majorité a ainsi fait le choix de renforcer la  « Cité des métiers ». Plus que jamais, notre ambition est d’orienter les jeunes, d’accompagner les demandeurs d’emploi et d’aider toute personne en questionnement sur sa vie professionnelle.

Quant à la « Maison de l'étudiant », elle ouvre ses portes pour accueillir au mieux les 18 000 étudiants de l’UVSQ et les accompagner quotidiennement dans toutes leurs démarches. Que ce soit pour le logement, avec la nouvelle résidence étudiante de 179 studios à La Verrière, ou les transports, avec le dispositif d’auto-partage, de nouvelles solutions voient d’ailleurs le jour.

La majorité travaille également sur le projet d’Université Paris-Saclay qui consiste à rapprocher une vingtaine d’établissements d’excellence, dont l’UVSQ, Polytechnique ou encore HEC, pour bâtir le « Harvard à la française » et se hisser parmi les 20 meilleures universités du monde dans le classement de Shanghai !

AGIR POUR LE DYNAMISME ET L’ATTRACTIVITÉ

Enfin, en matière de développement économique, de belles initiatives se concrétisent. Le 13 octobre prochain, plus de 500 entreprises se réuniront ainsi au Vélodrome National. Grâce à un logiciel innovant, des RDV d’affaires ciblés seront organisés pour mieux faire travailler ensemble nos entreprises, petites et grandes, sur notre territoire.

Et au mois de novembre, c’est le « SQY Cub » qui sera inauguré. Ce nouvel espace d’innovation a l’ambition d’être un accélérateur de croissance et un démultiplicateur de rencontres pour nos start-up en les mettant dans un réseau avec des mentors, des business angels ou de futurs clients.

Transport, Logement, Formation, Innovation… Plus que jamais, il s’agit de continuer à améliorer la qualité de vie des Saint-Quentinois !

Conseillers communautaires de gauche

SOMMES-NOUS PRÊTS POUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ?

ALORS QUE LA SEMAINE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE S’EST TENUE DÉBUT JUIN, il est utile de rappeler que les collectivités locales sont en première ligne pour mettre en oeuvre les politiques qui rendront possible l’accord de Paris de limiter à 2° C l’augmentation de température de la planète.

La loi sur la Transition Énergétique votée l’été dernier donne aux communautés d’agglomération la responsabilité d’établir un Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) permettant de mettre en musique ces politiques mais aussi de fédérer les initiatives des acteurs économiques, des associations et des citoyens.

Lors du précédent mandat, Saint-Quentin-en- Yvelines s’est doté d’un premier Plan Climat et nous bénéficions sur notre territoire d’un bel outil pour favoriser la transition énergétique : l’Agence Locale pour l’Energie et le Climat.

Mais malheureusement depuis deux ans peu de choses progressent. Pour ne citer que quelques exemples : la Plateforme Locale de la Rénovation Energétique et le projet de méthanisation des déchets sont au point mort.

Pourtant, les principes sont connus et figurent d’ailleurs dans le Plan d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) qui a été débattu tant au niveau de l’agglomération en juin 2015 que dans l’ensemble des conseils municipaux.

Mais dans les faits, le passage à l’action est difficile comme en témoigne l’absence totale d’ambitions sur la rénovation thermique, les constructions énergétiquement exemplaires ou encore le déploiement des énergies renouvelables dans le document réellement opérationnel qu’est le PLUI.

Autre exemple, entre Montigny et Voisins, 3 millions d’euros vont servir à rénover l’avenue Kessel. Contrairement aux orientations du PLD (plan local de déplacement voté en novembre 2014) et à l’esprit du PADD aucun aménagement n’est prévu pour les cyclistes. Malgré les propositions d’associations d’usagers, la mairie de Montigny et l’agglomération refusent d’y créer des voies matérialisant sur la chaussée un partage vélos - voitures ou d’y réduire la vitesse par une zone 30.

Dernier exemple du fossé qui existe entre les mots et les actes : la compétence des ordures ménagères relève maintenant exclusivement de l’agglomération et les premières décisions prises par la majorité de droite, sans concertation avec les communes, ne nous conviennent pas. Pour les déchetteries, la mutualisation engagée c’est moins de services aux habitants ! Ce qui se dessine pour le ramassage des ordures ménagères va dans le même sens et nous inquiète. Sur un sujet aussi important l’amélioration du service doit être un impératif.

Les enjeux en termes de développement durable méritent donc une vraie volonté politique. Alors Monsieur le Président, qu’attendez-vous pour passer aux actes ?


Juillet/Août 2016

Conseillers communautaires divers droite

L’UNANIMITÉ AUTOUR DU NOUVEAU PACTE FINANCIER

Le nouveau pacte financier de Saint-Quentin-en-Yvelines à douze communes a été voté lundi 20 juin, à l’unanimité moins trois abstentions, confirmant par la même occasion un travail important réalisé en concertation avec toutes les communes du territoire.

Ce nouveau pacte financier et fiscal de solidarité prend tout son sens au regard du vote unanime des conseillers communautaires de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Mais les défis à relever ensemble restent nombreux. Commission locale d’évaluation des charges transférées (CLECT), définition des intérêts communautaires et études des futurs transferts de charges, devront être réfléchies et analysées dans cet état d’esprit, une véritable réflexion communautaire de « coopération intercommunale ».

Cette nouvelle gouvernance qui, malgré les propos de certains élus de l’opposition, intègre toutes les communes de l’agglomération au sein de chacune des instances décisionnelles, au cœur de tous les processus de réflexion impactant de près ou de loin l’agglomération, ne doit pas cesser, en si bon chemin, de viser l’intérêt général et la pérennité du territoire et de ses habitants.

STANDARD AND POOR’S RELÈVE LES NOTES DE SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

L’agence de notation Standard & Poor’s a décidé de relever la note de SQY de A+ à AA-, reconnaissant par la même occasion l’ensemble du travail effectué et engagé par la nouvelle gouvernance de Saint-Quentin-en-Yvelines sur ces deux dernières années.

Preuve, une nouvelle fois, que l’exécutif de Saint-Quentin-en-Yvelines œuvre dans le bon sens et peut être fier des choix difficiles mais courageux qui ont été faits après cette alternance.

Pour autant, il nous faudra poursuivre nos efforts, continuer à offrir des services de proximité et de qualité, maintenir nos capacités d’investissement, poursuivre notre développement économique et rester attractifs.

Conseillers communautaires de gauche

LA CENSURE CULTURELLE : UNE PRATIQUE DÉSORMAIS ASSUMÉE À SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES ?

Lors de la séance du conseil communautaire du 20 juin, le Maire d’Élancourt a reconnu être intervenu pour modifier la programmation du Prisme, salle de spectacle intercommunale de Saint-Quentin-en-Yvelines. Trois spectacles ont été déprogrammés et les programmes qui annonçaient la saison, envoyés au pilon. Fait sans précédent à Saint Quentin-en-Yvelines, il a exercé, de fait, un droit de censure.

Faire la programmation d’une salle de spectacle est un métier : que des élus donnent des orientations sur la politique culturelle qu’ils souhaitent mener sur un territoire est une chose, mais intervenir pour dire qui peut se produire, qui ne le peut pas, c’est une atteinte insupportable à la liberté artistique. Nous sommes choqués par ce droit que s’arroge un élu de juger la programmation d’une scène et d’exiger des annulations, d’autant plus choqués que cet élu intervient en plus sur une scène qui est gérée et financée par l’intercommunalité !

Plus grave encore, cet élu assume publiquement son intervention et la justifie de la pire des façons en la liant avec le changement de majorité politique de l’agglomération. C’est bien un type de culture qu’il souhaite imposer sur des fondements idéologiques.

Ces dérives, nous les avons vues se mettre en place avec effarement dans les villes gérées par le Front national. Cela commence par la censure de spectacles et leur annulation, puis des conditions politiques pour pouvoir se produire sont exigées, et rapidement les achats dans les bibliothèques sont contrôlés et les fonds sont épurés. Est-ce cela qui nous attend sur Saint-Quentin-en-Yvelines ? Est-ce cela que nous voulons pour ce territoire qui s’est distingué jusque là par sa diversité, sa vitalité et sa richesse culturelle.

Ce qui s’est passé au Prisme n’est ni anodin ni un détail, c’est un signe inquiétant d’une dérive en marche. Un maire n’est ni omnipotent, ni omniscient, il est temps que chacun se réveille et condamne sans ambiguïté ces pratiques.


Juin 2016

Conseillers communautaires divers droite

Alors que des élus socialistes, et non un « comité de citoyens », avaient saisi le Tribunal administratif pour faire annuler l’élection du président de Saint-Quentin-en-Yvelines, du 9 janvier 2016, les élus de la majorité ont décidé d’avancer et de ne plus perdre de temps ni d’argent public dans un recours sans enjeux qui était pourtant gagnable au regard de la jurisprudence prise par le conseil d’État dans des cas similaires.

Une confiance réaffirmée

C’est pourquoi, une nouvelle élection a été organisée, le lundi 9 mai dernier, où les élus ont réaffirmé leur confiance à Michel Laugier, réélu président de Saint-Quentin-en-Yvelines, ainsi qu’à ses onze vice-présidents.
Bien loin de ces postures politiciennes sans intérêt et refusant ces jeux stériles menant à l’immobilisme, les élus de la majorité se remettent donc sereinement au travail pour le bien de Saint-Quentin-en-Yvelines. Le vote d’un budget courageux, sans augmentation d’impôt, permettra d’ailleurs de préparer l’avenir de notre territoire, malgré un contexte d’asphyxie fi nancière sans précédent imposée par le gouvernement socialiste, avec pour notre agglomération une baisse de 5,3M€ de dotations de l’État en 2016…

Un appel à l'exemplarité

Concernant les propos sexistes tenus à l’égard d’une élue de la majorité, le président de Saint-Quentin-en-Yvelines a condamné ces comportements déplacés, a appelé l’ensemble des élus à bannir ces propos machistes et à mettre un terme à ces pratiques tout à fait intolérables. Après les graves affaires DSK et Baupin, ou les dernières révélations sur le comportement inacceptable du Ministre du Budget Michel Sapin à l’égard des femmes, il est en eff et urgent que les hommes politiques fassent preuve d’une exemplarité sans faille, tant dans les actions qu’ils mènent que dans les propos qu’ils tiennent.

C’est pourquoi, les élus de la majorité refusent de voir une poignée d’individus jeter l’opprobre sur la vie politique en général et saint-quentinoise en particulier.

Conseillers communautaires de gauche

De nouveau, à l’occasion du conseil d’agglomération du 9 mai, la droite a fait le choix d’une vision partisane qui laisse sur le pas-de-porte quatre villes du territoire. Saint-Quentin-en-Yvelines reste donc une anomalie démocratique : malgré notre appel à une gouvernance partagée, c’est l’entre soi qui est privilégié au détriment de l’intérêt du territoire et de ses habitants.

Quel triste spectacle renvoyé à nos concitoyens ! Des élections annulées pour non-respect de la loi qui font la une de la presse, l’exclusion maintenue de quatre villes (un tiers des habitants de l’agglomération) et de leurs représentants démocratiquement élus, de toute responsabilité et enfin une élue qui dénonce publiquement les propos sexistes de deux de ses collègues de la majorité… Quelle tristesse de voir ainsi l’image dégradée de notre territoire !

Concernant ces propos sexistes, nous avons exprimé notre solidarité avec notre collègue, condamnant ces comportements indignes et irrespectueux. Nous avons soutenu sa démarche de les rendre publics car briser la loi du silence, même si c’est difficile, est la seule solution pour faire évoluer les comportements et établir des relations entre les femmes et les hommes politiques construites sur le respect et l’égalité. Le président de l’agglomération a, certes, dénoncé ces agissements, appelant les élus à mettre un terme à ces pratiques qui jettent l’opprobre sur la vie politique. Mais le mal est fait, le malaise est là, la suspicion aussi. Faute de savoir qui sont les deux élus incriminés, c’est le comportement de chaque élu de la majorité de droite qui est interrogé. Il ne s’agit pas de faire d’amalgames et il s’agit bien là de dérapages individuels et minoritaires. Mais s’ils restent impunis et anonymes, ils entacheront durablement l’image de l’agglomération.

Bref la séquence que nous vivions est affligeante et il serait temps, alors que nos concitoyens aspirent au renouvellement des pratiques politiques – plus démocratiques, plus respectueuses – de commencer à les mettre en pratique à Saint-Quentin-en-Yvelines. Il faut recréer les conditions d’un travail serein entre élus de toutes les villes. À défaut, le projet de territoire, projet structurant pour l’avenir de nos communes qu’il nous faut maintenant écrire ensemble, sera un échec.


Mai 2016

Conseillers communautaires divers droite

DES CHOIX COURAGEUX ET AMBITIEUX POUR SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES !

Alors que la minorité était absente d’une réunion importante du Bureau, portant sur l’avenir de nos communes, la majorité continue quant-à-elle d’oeuvrer sans relâche pour notre territoire.

Pour l'emploi et notre attractivité !

Le 5 avril dernier, la « Grande soirée des entrepreneurs » a ainsi permis de rassembler plus de 600 chefs d’entreprise du territoire !

Ce moment était important pour rencontrer ceux qui créent les richesses et les emplois de notre territoire, les interroger sur leurs attentes locales (grâce à un sondage en direct) et les remercier d’avoir choisi Saint-Quentin-en-Yvelines pour y développer leurs activités.

Outre l’organisation du 1er festival du film d’entreprises, des annonces importantes en matière de développement économique ont été faites : l’ouverture d’un incubateur pour nos start-up, le renforcement de notre fonds de prêts à taux zéro, la création d’un fonds de crowdfunding pour améliorer le financement ou encore l’organisation au mois d’octobre prochain d’un évènement pour rapprocher les grandes et les petites entreprises du territoire !

Pour améliorer les transports !

Au sujet des transports, des projets importants voient aussi le jour, comme la mise en place prochainement d’un système d’auto-partage.

Sans oublier la mobilisation des élus de la majorité pour que le « Grand Paris Express » desserve notre territoire, notamment grâce à la création d’une gare située à Guyancourt, près du Technocentre Renault.

La candidature de Paris à l’organisation des jeux de 2024 et la désignation de plusieurs équipements saint-quentinois comme potentiels sites d’accueil des épreuves olympiques, devraient d’ailleurs accélérer le calendrier des travaux qui permettront de relier Saint-Quentin-en-Yvelines à l’aéroport d’Orly en seulement 21 minutes contre 1h20 aujourd’hui !

Pour le pouvoir d'achat avec 0 % d'augmentation d'impôts !

Enfin, le vote par la majorité du 1er budget de notre territoire à 12 communes marque une étape importante pour notre avenir, malgré un désengagement sans précédent du gouvernement socialiste (baisse de 5 M € de recettes pour Saint-Quentin-en-Yvelines cette année).

La majorité a ainsi choisi de maintenir un investissement fort sur nos communes, sans augmenter la fiscalité, ni sur les ménages ni sur les entreprises. Un choix courageux qui implique la poursuite de nos efforts en matière de réduction des dépenses de fonctionnement, notamment par une plus grande mutualisation des services.

La baisse de notre dette (près de 400 M € laissés par nos prédécesseurs socialistes…) et une gestion rigoureuse de l’argent public sont en effet devenus une priorité essentielle de la nouvelle majorité. Il en va de l’avenir de notre agglomération, de nos projets, de notre cadre de vie ainsi que de l’accueil de nouvelles entreprises et de nouveaux habitants !

Conseillers communautaires de gauche

QUEL PROJET POUR LE TERRITOIRE DE SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES ?

La réflexion sur le projet de territoire est engagée : chaque commune est interrogée par la vice-présidente en charge de ce sujet sur sa vision de Saint-Quentin-en-Yvelines à 12. La démarche est intéressante et même nécessaire mais des préalables existent pour que ce travail aboutisse réellement et ne soit pas qu’un objet de communication.

Saint-Quentin-en-Yvelines, constituée de 7 communes « historiques », est le fruit d’un projet qui s’est forgé autour de valeurs essentielles : la solidarité et le vivre-ensemble, mais aussi à partir de grandes orientations stratégiques acceptées par tous. Le premier préalable est donc de ne pas oublier notre histoire, celle de villes qui se sont développées dans et grâce à l’intercommunalité pour lesquelles un projet de territoire existe déjà.

Mais aujourd’hui Saint-Quentin-en-Yvelines c’est aussi 5 villes qui ont leur histoire propre et une autre expérience du fait intercommunal, plus récent, dans des structures moins intégrées. L’enjeu est de respecter les particularités de ces villes et de leur proposer un projet fédérateur que les habitants pourront s’approprier.

Concilier ces deux réalités, des communes aux histoires différentes, et bâtir un projet commun de territoire est donc un véritable défi qui ne sera pas simple à relever. Dans ce contexte il faut mettre tous les atouts de notre côté et ne pas multiplier les chaussetrappes qui nous conduiraient immanquablement à l’échec. Cela signifie travailler ensemble au sein d’une gouvernance partagée afin de ne pas ouvrir des confrontations supplémentaires qui n’ont pas lieu d’être et fragilisent le collectif. C’est aussi respecter la légitimité démocratique des villes, respecter leur projet, s’appuyer sur les maires et les exécutifs municipaux.

En résumé, dépasser nos diversités politiques et le clivage stérile entre majorité et opposition qui n’a pas de pertinence dans un EPCI ; dépasser la vision réductrice entre des « anciens » qui sauraient tout de l’intercommunalité et des « nouveaux » qui la refuseraient  ; enfin respecter l’identité de chaque commune : c’est ainsi que nous pourrons construire un véritable établissement public de coopération intercommunale et, sereinement, définir notre avenir commun. Au moment où l’exécutif de l’agglomération va être réinstallé, ne manquons pas cette opportunité de repartir sur des fondations saines.


Avril 2016

Conseillers communautaires divers droite

NE PERDONS PLUS DE TEMPS, PRÉPARONS L’AVENIR !

Saisi par quelques élus socialistes, le tribunal administratif a annulé l’élection du président et de l’ensemble des membres du bureau de Saint-Quentin-en-Yvelines au seul motif retenu d’un filtrage du public lors de la séance d’installation (du 9 janvier 2016).

Or, cette mesure exceptionnelle était simplement la conséquence de l’état d’urgence décrété par le président de la République, suite aux évènements dramatiques qui ont touché notre pays.

Cette procédure juridique n’a en réalité aucun intérêt et représente même une énorme perte de temps pour notre territoire, à l’heure où les agglomérations franciliennes sont en concurrence acharnée pour être les plus attractives au service de l’emploi !

En effet, même si ces élections venaient à être annulées, une nouvelle séance d’investiture serait immédiatement organisée, ne changeant strictement rien à l’équilibre politique de Saint-Quentin-en-Yvelines !

C’est bien pour cela que les élus de la majorité font le choix de travailler et d’avancer sur les projets majeurs du territoire plutôt que d’entretenir des querelles politiciennes stériles.

Bien loin de ces basses manœuvres, les élus de la majorité préfèrent au contraire se consacrer aux enjeux déterminants pour Saint-Quentin-en-Yvelines, en élaborant notamment un budget résolument tourné vers l'avenir.

Dans un contexte d’asphyxie financière sans précédent, Saint-Quentin-en-Yvelines subissant en effet une nouvelle baisse de 5,3 M€ de dotations de l’État en 2016, les élus de la majorité décident, de nouveau, de ne faire porter le désengagement de l’État, ni sur les familles ni sur les entreprises.

Ce budget courageux passe donc par des mutualisations de services et d’importantes économies de gestion tout en préservant le financement du monde associatif et en consacrant plus de 33 M€ d’investissements afin de continuer à améliorer la qualité de vie des Saint-Quentinois !

Attractivité du territoire, transports, qualité de vie… Malgré un contexte national extrêmement morose, les élus de la majorité font, plus que jamais, le choix de l'avenir !

Michel Laugier,
président de Saint-Quentin-en-Yvelines

Conseillers communautaires de gauche

LA JUSTICE CONFIRME LE DÉNI DE DÉMOCRATIE À SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

Suite à des irrégularités constatées lors de la séance d’installation de la nouvelle agglomération « Saint-Quentin-en-Yvelines » le 9 janvier dernier, notamment la violation du principe de publicité de la séance, un recours en justice a été déposé par des citoyens saint-quentinois auprès du tribunal administratif de Versailles.

En effet, le président de l’agglomération a fait installer des barrages, empêchant un libre accès du public à la salle des séances. Seuls quelques privilégiés, préalablement inscrits sur les listes de la Casqy pouvaient assister à ce premier conseil communautaire. Aucune séance d’installation d’une nouvelle intercommunalité en France ne s’est déroulée de la sorte.

Le tribunal administratif de Versailles a rendu son jugement le 10 mars 2016 qui annule le premier acte politique de la nouvelle Casqy. Il a donc décidé l’annulation des délibérations du 9 janvier 2016 concernant  : l’élection du président, l’élection des vice-présidents, l’élection des conseillers communautaires membres du bureau, l’élection des représentants au sein du syndicat mixte de gestion de la base de loisirs et de plein air de Saint-Quentin-en-Yvelines, Île de loisirs , l’élection des représentants au sein du comité syndical du syndicat intercommunal d’assainissement du Val-de-Gally Ouest, Siavgo.

Les juges ont rappelé la Casqy au respect du droit et de la démocratie !

L’agglomération, maladroitement gérée par une équipe qui a décidé d’exclure les communes de gauche, a pris un mauvais départ ! Une communauté d’agglomération ne peut pas être confisquée par quelques-uns. Elle ne peut exclure volontairement des territoires et créer une inégalité de traitement entre leurs habitants. Elle doit s’appuyer sur un fonctionnement partagé et un dialogue serein et continu en particulier avec les maires, premiers représentants des habitants.

Cela laisse songeur sur le sérieux et la compétence des dirigeants de l’agglomération qui se prétend désormais « terre d’innovations »… ! Formidable « innovation » que d’être la seule communauté d’agglomération en France incapable de respecter la loi dès sa première séance...

Désormais, il appartient à chacun de tirer les enseignements de cette situation et nous en appelons au bon sens, dans l'intérêt des habitants de ce territoire, pour que la Casqy puisse repartir sur des bases saines.

Partager cet article :

Haut de page
Top