Gestion écologique des espaces verts

Imprimer Zoomer Dézoomer

Partager cet article :

Posté le 19 Avr. 2019 - Mis à jour le 23 Avril 2019

Saint-Quentin-en-Yvelines en mode gestion écologique ! Depuis de nombreuses années SQY pratique une gestion écologique de ses espaces verts. Zéro-phyto, gestion différenciée, l’agglomération est à la pointe lorsqu’il s’agit de gérer ses espaces de façon durable. Mais protéger, restaurer et améliorer la biodiversité est à la portée de chacun…

La vache qui meuh© sqy

Voici 10 conseils dont SQY a fait son crédo pour gérer efficacement les espaces verts et favoriser ainsi la biodiversité.

 
1. Choisir des espèces végétales locales - Européennes : Chêne, Charme, Prunus, Noisetier, Cornouiller, Fusain, Clématite, etc. et non des espèces asiatiques ou américaines qui peuvent devenir « invasives » (prendre la place des espèces locales et introduire leurs parasites).

2. Diversifier les espèces locales plantées : haies mixtes ou vives, changer d’espèce à chaque linéaire ou massif.

3. Opter pour des espèces locales à fleurs et à fruits étalés dans l’année pour accueillir la faune, des insectes aux oiseaux : Sorbier, Sureau, Lierre, etc.

4. Conserver des strates de plantations : arbres > arbustes > herbacées.

5. Ne pas tailler ou à minima à l’automne en fin de cycle des espèces végétales comme animales. Conserver des zones en herbe haute, tailler les haies à l’automne, planter les arbres en imaginant leur taille adulte.

6. Entretenir les espaces verts à la main, sans produits chimiques qui tuent bien plus d’espèces que celle qui dérangeait. Binette, associations de plantes, lutte biologique.

7. Fournir des espaces relais aux espèces animales : à l’abri des prédateurs, à nettoyer régulièrement, avec nichoir (végétaux, tas, habitat fabriqué), abreuvoir (principalement en été et en hiver où l’eau se fait rare), mangeoire (avec des aliments adaptés, surtout sans s’interrompre pendant l’hiver).

8. Ne pas clôturer pour permettre à la faune de circuler : grands mammifères > petits mammifères > oiseaux > insectes. Préférer les délimitations par haies, surélever les clôtures, les choisir franchissables type grillage à mailles les plus grandes possible, éviter les murs / murets.

9. Réutiliser les eaux pluviales sur la parcelle : aménager des zones plus humides où se déverse l’eau comme des noues, avec Iris des marais, Jonc épars, Saule marsault. Choisir des revêtements perméables. Ne rien déverser via les plaques d’égout directement reliées aux étangs et rivières sans passer par une station de traitement.

10. Réduire la consommation d’eau
: choisir des espèces locales adaptées au milieu, utiliser des paillages qui peuvent être issus de vos propres tailles pour conserver l’humidité, réutiliser les eaux pluviales.

Vous avez dit gestion différenciée ?

Une gestion des espaces verts dite « différenciée », signifie que l’entretien ne se fait pas de la même manière sur l’ensemble de l’espace. Il sera effectué en fonction des usages ou intérêts écologiques représentés par les espaces en gestion qui se verront dès lors appliquer un traitement spécifique… Il s’agit d’une démarche respectueuse de l’environnement qui a commencé par le bannissement des produits phytosanitaires il y a plusieurs années afin de favoriser la conservation et le développement de la faune et la flore sauvage.

Partager cet article :

Haut de page