Elle est la jeune femme scientifique de l’année !

Imprimer Zoomer Dézoomer

Partager cet article :

Posté le 16 Nov. 2016 - Mis à jour le 22 Octobre 2018

Nathalie Carrasco est docteure en chimie et professeure en sciences planétaires à l’UVSQ. Elle dirige le laboratoire atmosphère, milieux, observations spatiales (LATMOS) et elle vient de recevoir le prix Irène Joliot-Curie de jeune femme scientifique de l’année pour ses travaux sur l’atmosphère de Titan.

Nathalie Carrasco OVSQ SQYNathalie Carrasco dans son laboratoire de l'OVSQ© Photothèque SQY - J.J. KraemerIl suffit qu’elle évoque ses recherches pour que tout s’illumine en elle. Nathalie Carrasco est la jeune femme scientifique de l’année. Son sujet de prédilection depuis plus de dix ans, l’atmosphère de Titan, un des plus gros satellites de Saturne.

« Tout a commencé avec l’arrivée, en 2005, de la mission spatiale Cassini. Elle a révélé une chimie insoupçonnée dans l’atmosphère de Titan, proche de celle de la terre primitive avant l’arrivée de l’oxygène et l’apparition de la vie. Nous n’avons pas de trace de cette terre primitive et mon étude permet de comprendre comment cette chimie des origines a pu accompagner l’émergence de la vie. »

L’apparition de la vie ! Rien de moins

L’enjeu est fondamental pour tout scientifique. « Ma contribution a énormément d’importance car dans cette couche d’atmosphère, la plus haute, il n’y a presque plus de matière. Nous sommes dans le vide interstellaire, au plus près du soleil et nous avons révélé que c’est là que démarrait une chimie pré-biotique intense. Il s’agit d’un nouvel éclairage sur la compréhension des origines. »

« Il faut défendre la parité homme/femme dans la recherche »

Le prix Irène Joliot-Curie (fille de Pierre et Marie Curie, prix Nobel de chimie en 1935 et sous-secrétaire d’État sous le Front populaire en 1936) vient tout d’abord récompenser cette découverte. Il célèbre également la réussite des femmes dans la recherche. « Ce prix m’a été donnée par la petite fille d’Irène Joliot-Curie ! Je suis fière de porter ce symbole, montrant la réussite des femmes scientifiques en France. Cette réussite, et plus globalement la parité Homme / Femme dans le milieu scientifique, représente un sujet essentiel pour Nathalie Carrasco. Elle qui fut, durant plusieurs années, missionnée pour cette égalité au sein de l’UVSQ.

« Il y a 30 ans, dans le milieu de la recherche, les personnes aux postes à responsabilité étaient tous des hommes.Aujourd’hui, les choses changent. Même si les hommes occupent toujours la majorité des postes de pouvoir. Il faut travailler pour ouvrir ces postes aux femmes et les aider dans leur parcours, à être candidate », confie avec ferveur la jeune scientifique. « Cela passe, entre autre, par un travail en réseau pour plus de solidarité féminine et un accompagnement des femmes par du mentorat, pour leur mettre le pied à l’étrier. Pendant leurs études et jusqu’à leurs thèses, femmes et hommes ont le même niveau de réussite. C’est dans le déroulement de la carrière de chercheur que le phénomène se produit. »

Aujourd’hui, auréolée de son prix et confortée dans ses convictions, Nathalie Carrasco, poursuit ses objectifs de recherche. Chaque jour, elle retrouve son équipe au sein de son laboratoire de l’Observatoire Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (OVSQ) avec l’envie d’approfondir ses études sur l’atmosphère de Titan avec une nouvelle ambition, la comparer à celle d’autres planètes, pour comprendre, encore et toujours, les origines de la vie…

Observatoire Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
http://www.ovsq.uvsq.fr/

Partager cet article :

Haut de page