Menu

6 petits gestes pour un bon air

Imprimer Zoomer Dézoomer

Partager cet article :

Posté le 16 Oct. 2013 - Mis à jour le 8 Novembre 2016

Parce que la qualité de l’air intérieur (QAI) est importante pour la santé, la communauté d’agglomération a mis en place depuis 2012 le projet « santé dans l’habitat ». Information, conseils, prévention, respirez avec la Casqy et ses services !

Les polluants de l’air intérieur sont nombreux et variés. Ils peuvent être de nature chimique (ex : les Composés Organiques Volatils), physique (ex : amiante) ou biologique (ex : les moisissures). Leurs effets diffèrent selon le produit, allant des allergies, à l’irritation des voies respiratoires, de l’asthme, aux maladies cardio-vasculaires ou à des cancers… voire le décès pour l’intoxication grave au monoxyde de carbone. Il est donc important de connaitre les bons gestes pour prévenir ces risques pour la santé.

6 petits gestes pour un bon air

L’amélioration de la qualité de l’air intérieur est de la responsabilité à la fois des occupants et des propriétaires. Pour les occupants, le plus souvent les « bons gestes » et donc les bonnes informations suffisent. Voici les 6 principaux gestes simples et gratuits qui permettent de l’améliorer :

  • Aérer au leverAérer au leverAérer :
    10 min avec les fenêtres grandes ouvertes (chauffage baissé) suffisent pour renouveler l’air de la pièce, s’oxygéner, éliminer les odeurs, diminuer l’humidité et la concentration de polluants.

    L'air frais de l'extérieur moins humide permet, de plus, un chauffage plus efficace.



  • Renouvellement de l'air au quotidienVentilerVentiler :
    Le renouvellement d’air doit être continu pour assainir l’air. Les meubles dégagent des polluants, et la présence humaine ou animale, l'humidité, alourdissent l'air.

    Il ne faut surtout pas obstruer la ventilation et il est indispensable de nettoyer régulièrement la poussière.



  • Eviter les parfums de synthèseEviter les parfums de synthèseÉviter les parfums de synthèse :
    Utiliser le moins possible de produits parfumés (désodorisants, parfums d’ambiance…).

    La combustion d’encens et de bougies émet des particules, du monoxyde de carbone et des Composés organiques volatils (COV).
    Aérer après utilisation.


  • Réduire l'humiditéRéduire l'humiditéRéduire l’humidité :
    Pour éviter les moisissures, il est important d’aérer les pièces humides (salle de bain, cuisine...) : ouvrir les fenêtres dans les pièces où cela est possible et laisser les portes ouvertes.

    Pour les mêmes raisons, en hiver, il est important de chauffer de façon régulière et tempérée le logement y compris les pièces les moins occupées.



  • ÉEviter de fumerEviter de fumerviter de fumer :
    La fumée de tabac (première source de pollution des logements) contient 3000 substances nocives.

    Une partie de ces polluants est absorbée par la moquette, les tissus, les papiers peints avant d’être réémise plus tard dans l’air.




  • Vérifier l'étiquette QAIVérifier l'étiquette QAIVérifier l’étiquette QAI :
    Depuis le 1er janvier 2012, une étiquette qualité de l’air intérieur sur les produits de construction et de décoration a été mise en place.
    Elle indique le niveau de COV, largement impliqués dans la pollution de l’air intérieur.

    Télécharger : fiche explicative de l’étiquette QAI


Intoxication au monoxyde de carbone, c’est grave docteur ?

Environ 5000 personnes sont victimes chaque année en France d’une intoxication aigue domestique au monoxyde de carbone. Ces intoxications causent même une centaine de décès. Le monoxyde de carbone est un gaz inodore, invisible, non irritant.

Il fait partie des contaminants physico-chimiques de l’air intérieur et peut provoquer des Intoxication chronique (exposition de manière chronique à de faibles doses, entraînant fatigue, maux de tête, nausées et vomissements) ou aigüe (avec des effets sur la santé d’ordre cardio-vasculaire et neurologique).

L’émission de monoxyde de carbone peut être provoquée par :

  • Le mauvais entretien des appareils de chauffage et de production d’eau chaude
  • Une mauvaise ventilation ou aération du logement, surtout dans la pièce d’installation
  • Une mauvaise évacuation des produits de combustion via les conduits
  • Une mauvaise utilisation de certains appareils (chauffages d’appoint mobiles utilisés sur des longues durées, braseros utilisés comme mode de chauffage, groupes électrogènes placés à l’intérieur.

Télécharger :

Emission TVfil 78 Equilibres - la pollution intérieure

(juillet 2013)

Partager cet article :

Haut de page
Top