Emmanuel Fievet Air Captif 2 page
  • Publié le 08/03/2021
  • Mis à jour le 16/03/2021

Economie

AIRCAPTIF rebondit grâce à la Covid

La start-up AIRCAPTIF , implantée à SQY, a relancé de façon spectaculaire son activité en créant des produits spécifiques liés à la crise sanitaire de la Covid-19. Son mot d’ordre : innovation et adaptation. Elle vient de recevoir 130 000 euros du Plan France relance. Découverte.

Emmanuel Fievet Air Captif 2 page
Emmanuel Fievet | Ⓒ C. Lauté - SQY

« La crise du Covid a failli nous tuer. Au final, elle nous a permis en 2020, de multiplier notre chiffre d’affaire par 4 ! », explique Emmanuel Fievet, fondateur d’AIRCAPTIF, start-up spécialisée dans la conception et la fabrication de structures gonflables légères.

Il faut dire qu’en une année, la start-up, installée dans ses locaux de Trappes, a orienté sa production vers les produits destinés à la Covid-19. Son dernier modèle phare est une chambre « blanche » modulable à atmosphère contrôlée, ultra légère, résistante qui se gonfle en 40 minutes et tient dans 3 sacs. À la base de cette structure, des boudins utilisés pour les voiles de kite surf, la première activité des deux fondateurs d’Air captif.

Grâce à cette activité liée à la COVID, la start-up vient de recevoir 130 000 euros du plan France relance. Une somme qui va lui permettre de se développer, de réimplanter l’intégralité de sa production en France et de créer une trentaine d’emplois.

Réimplanter la production à Trappes

« Nos structures étaient réalisées en chine. La crise de la Covid nous a montré les limites du système et les problèmes de livraison. Des produits commandés il y a plus de 6 mois ne sont toujours pas arrivés ! Nous avons donc étudié la possibilité de produire intégralement à Trappes. Après avoir investi dans des machines, nous commençons la fabrication ici. Cela revient à environ 10% d’augmentation du coût, ce qui est acceptable pour nos clients. »

Une chose est sûre : AIRCAPTIF sait s’adapter aux circonstances

C’est même dans son ADN et cette capacité représente sa plus grande force. « Nos innovations sont impulsées la plupart du temps par nos clients. Ils viennent avec une idée de leur besoin en pariant que notre système va répondre à leur problématique. »

Résultat, la start-up a créé pour un pisciniste des abris destinés à la construction de piscines, des cages de Faraday pour Thalès, des structures capables de contenir un avion pour Dassault ou encore des tentes à accrocher dans les arbres et prochainement du mobilier outdoor. L’industrie, le médical, le militaire, les loisirs, le génie civil… tous les domaines sont concernés par les créations d’AIRCAPTIF Les seules limites de la start-up sont celles de l’imagination de ses clients et de ses propres ingénieurs !

AIRCAPTIF