Thierry Michel budget 2021 bandeau
  • Publié le 31/03/2021
  • Mis à jour le 06/04/2021

Communauté d'agglomération

Budget SQY 2021 - Thierry Michel : "Agilité et capacité à s'adapter. "

Face à une crise mondiale sans précédent, maîtriser les dépenses publiques et donner la priorité à l’investissement sont les axes clés de la dynamique portée par Thierry Michel, vice-président de SQY délégué aux Finances et aux Ressources humaines.

Thierry Michel Portrait budget 2021
Ⓒ C. Lauté - SQY

Le contexte économique mondial est impacté par une crise violente, sans précédent. C’est la première fois que les pays ont mis volontairement l’économie à l’arrêt pour sauver des vies ! Banques centrales et gouvernements ont engagé des plans de relance, mais la politique française du « quoi qu’il en coûte » aura une limite.

Pour payer ces centaines de milliards de dettes supplémentaires, les collectivités territoriales ne seront-elles pas mises à contribution ? Ce n’est pas la seule difficulté de cet exercice 2021. À l’érosion des dotations de l’État et à la hausse de notre contribution au Fonds de péréquation (FPIC) s’ajoute la réforme de la fiscalité locale portée par le gouvernement… dont les « règles du jeu » changent quasiment chaque année !

Protéger les habitants, soutenir les entreprises

Pour autant, nous devons garder une vision positive et le recul nécessaire pour continuer d’entreprendre. Avec les élus de l’agglomération, nous avons fait le choix de renforcer notre stratégie de développement économique.

La dynamique des recettes fiscales générées par les entreprises qui s’installent et se développent à Saint-Quentin-en-Yvelines – elles sont plus de 17 000 – nous permet de maintenir le cap de l’investissement.

Investir pour l’avenir

Solides et claires, les orientations budgétaires 2021 s’articulent autour de quatre axes clés :

  • Pas de hausse d’impôts : la France est un pays dans lequel nous sommes fortement imposés. Dans ce contexte de crise, nous devons absolument éviter d'alourdir la charge fiscale qui pèse sur les entreprises et les ménages.
  • Des dépenses de fonctionnement contenues : pour assurer l’équilibre de nos budgets futurs, nous devons prioriser l’investissement en stabilisant nos dépenses de fonctionnement, y compris le coût de la masse salariale qui restera inchangé en 2021.
  • Une dynamique d'investissement forte : pour s'inscrire dans une perspective d'avenir, il faut investir. C’est l’objet de la programmation pluriannuelle d’investissement (PPI) qui définit pour 3 ans, en lien avec les élus, les opérations prioritaires à financer ou à subventionner. L’aménagement durable de la Colline d’Élancourt qui accueillera les JOP 2024 ou encore la requalification de la RN 10 en sont deux exemples. Cette enveloppe s’élève à près de 40 M€ pour 2021.
  • Une gestion maîtrisée de l’endettement : depuis 2014, l’endettement de SQY a été réduit de 114 M€, tous budgets confondus, dont 30 M€ en 2021. En abaissant drastiquement la charge d’intérêts (NDLR : remboursement des intérêts d’emprunt) et en retrouvant une dette de qualité – équivalente à celle d’autres intercommunalités qui ne sont pas d’ex-villes nouvelles – notre objectif est de gagner en souplesse et en marges de manoeuvre financières. 
     

S’adapter et anticiper

En décembre dernier, l’agence internationale Standard & Poor’s a confirmé notre notation associée à une perspective « stable », soulignant la qualité de la gestion de SQY et son aptitude à honorer ses obligations financières. Notre gestion budgétaire se démarque aujourd’hui par une agilité et une capacité forte à s’adapter.

Si personne ne peut parier sur l’évolution de cette crise, nous savons que les recettes de SQY – par le jeu des décalages de paiement des impôts des entreprises – seront impactées en 2022. Vigilants et déterminés, nous sommes en alerte afin d’anticiper, dès à présent, les changements à venir. »