soutien scolaire confinement bandeau
  • Publié le 05/06/2020
  • Mis à jour le 06/06/2020
  • Elsa Burette

Société

Covid-19 : soutien scolaire et solutions numériques

Durant le confinement, et aujourd’hui encore pour certaines familles, le soutien scolaire s’est poursuivi à distance grâce aux solutions numériques déployées à Saint-Quentin-en-Yvelines. Illustrations.

À Saint-Quentin-en-Yvelines, un plan numérique scolaire a été lancé en octobre 2019 dans le cadre du Contrat Yvelines Territoires.
Ce plan prévoit un investissement de 7,5 M€ HT – dont 3,7 M€ pour le Conseil départemental – sur 3 ans afin de développer le numérique dans les établissements scolaires (28 000 élèves) de l’agglomération.

Laurent Rochette portrait
Laurent Rochette | Ⓒ xrenault

« Aujourd’hui, la tablette est un véritable pivot de la continuité pédagogique entre l'enseignant et l’élève. Depuis le lancement de ce plan ambitieux, en octobre dernier, le syndicat Seine-et-Yvelines Numérique gère près de 2 300 tablettes dans les collèges et écoles saint-quentinoises (plus de 13 000 dans le département). À terme, l’objectif est d’en déployer 4 200 à l’échelle de l’agglomération », précise Laurent Rochette, son directeur général délégué.

Parmi les solutions développées, la plateforme Enseigno permet d’accompagner les enseignants dans leurs pratiques et d’épauler de façon individualisée les élèves en difficultés scolaires, du CP à la Terminale.

« Enseigno est un outil très riche avec 4 000 cours en vidéo, 20 000 fiches de révisions, 100 000 exercices interactifs… Dès le début du confinement, sa fréquentation a explosé. Cette ressource complémentaire, intégrée à l’espace numérique de travail (ENT), comptabilise plus de 2 800 comptes actifs dans les collèges saint-quentinois, dont une majorité créée depuis le 15 mars. Proposer des outils numériques, c’est une chose, qu’ils soient utilisés, c’en est une autre… Aujourd’hui, le pas est franchi », se félicite Laurent Rochette.

L’association Entraide Scolaire Amicale

association Entraide scolaire Amicale
Alain, bénévole pour l'association Entraide scolaire Amicale | Ⓒ copyright ESA

Cadre dans l’industrie à la retraite, Alain s’est toujours investi dans la vie associative locale. Président du club de natation de Montigny pendant 17 ans, il a rejoint, avec son épouse, l’association Entraide Scolaire Amicale (ESA) en 2018.

« L’ESA est une association de lutte contre l’échec scolaire reconnue par le ministère de l’Éducation Nationale », précise ce Guyancourtois d’adoption. « Un contrat tripartite est signé entre l’ESA, l’enseignant qui détecte un enfant en difficultés (du CP à la Terminale) et les parents, qui s’engagent à s’investir dans cet accompagnement à domicile. »

D’origine ghanéenne – et donc anglophone –, le jeune élève qu’Alain épaule depuis l’an dernier est scolarisé en CM1. « Jusqu’à présent, je me rendais à son domicile le mercredi matin, pendant environ 2 heures, pour revoir les acquis de la semaine, l’aider à prendre confiance dans son travail… Le fait de discuter avec ses parents permet aussi de les aider à mieux comprendre la vie scolaire, et à s’y impliquer », explique Alain. « Dès le début du confinement, on a senti avec ma femme – elle suit une élève de 5e – qu'il fallait absolument redoubler d’efforts pour éviter qu’ils ne décrochent. »

Tous les deux jours, le couple a passé jusqu’à deux heures avec leurs jeunes élèves, multipliant les appels téléphoniques et visios. « L’ordinateur est partagé entre les parents et leurs cinq enfants, mais nous avons réussi à définir des plages de connexions, avec un partage des écrans qui permet, ensemble et en direct, de relire, de corriger… » Problème, la famille n’a pas d’imprimante. « La première fois, c’était une carte de France, à découper pour en faire un puzzle. Il avait eu l'idée de la décalquer en posant une feuille sur l’écran… c’est un débrouillard ! », sourit Alain qui est passé occasionnellement glisser les documents communiqués par la maîtresse dans la boîte aux lettres.

« Heureusement que cet accompagnement s’est poursuivi : tout autant que l’enfant et ses parents s'accrochent à cette opportunité, nos élèves, on ne les lâche pas ! »

L’ESA compte deux antennes dans l’agglomération :

  • l’une située à Guyancourt (40 bénévoles, 43 élèves suivis),
  • l’autre à Trappes (15 bénévoles, 22 élèves suivis).

« Nous sommes en recherche active de bénévoles à Saint-Quentin-en-Yvelines pour accompagner ces enfants en difficultés scolaires que les parents ne sont pas en capacité d’aider, ni de faire aider avec des cours particuliers », indique Christian Prout, coresponsable de l’antenne guyancourtoise. « Retraités, actifs ou étudiants (niveau bac ou plus), nos accompagnants ont des profils très diversifiés. Ils interviennent au domicile de l’enfant et s’engagent à l’aider, au minimum une heure par semaine, pendant toute la durée de l’année scolaire. N’hésitez pas à nous rejoindre ! »