Inès Ournid infirmière centre de vaccination page
  • Publié le 03/05/2021
  • Mis à jour le 10/05/2021

Communauté d'agglomération

Dans les coulisses du vaccinodrome de SQY

  • Santé

Futur site olympique des JOP 2024, le Vélodrome National de SQY est, depuis le 18 janvier, le 1er vaccinodrome de France. Rencontre avec Inès Ournid, infirmière référente de ce centre de vaccination XXL.

Inès Ournid infirmière centre de vaccination page
Inès Ournid, infirmière référente du centre de navigation

Embauchée comme agent hospitalier, Inès Ournid devient aide-soignante à Valenciennes, puis passe le concours d’infirmière qu’elle obtient en 2 ans, tout en travaillant. « J’ai fait beaucoup de SAMU, de réa et d’urgences, où les gestes techniques sont plus poussés, ce qui m’intéressait, avant de m'installer à Élancourt, en 2006, où l’une de mes amies était infirmière libérale. »

En visite chez un patient, le 3 mars 2020, elle est confrontée pour la première fois à la covid-19. « À l’époque, on était dans le flou, je savais juste qu’il fallait appeler le 15. On m’a répondu que je pouvais continuer mes tournées au domicile des patients… s’ils n’étaient ni faibles ni âgés. Autant dire, ceux qui n’en ont pas besoin ! », tempête cette diplômée d’une formation d’infirmière en pratique avancée.

Avec six autres infirmières libérales du secteur, Inès Ournid met en place une tournée pour les malades covid. Pour décharger les hôpitaux saturés, elles assurent aussi l’accompagnement des personnes positives qui regagnent leur domicile, affaiblies et avec des symptômes parfois persistants. « Après le suivi, on s’est mobilisées pour les dépistages… Et, toutes, on se tenait prêtes pour rejoindre le premier vaccinodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines ! », confirme cette mère de deux grands enfants qu’elle n’a pas vu depuis plus d’un an.

Les bonnes personnes au bon endroit

Dès le 18 janvier 2021, Inès Ournid est à pied d’oeuvre pour gérer le planning des infirmières et veiller à éviter le moindre gaspillage.

« Tous les soignants savent piquer, mais tous ne sont pas capables d’extraire de chaque flacon un maximum de doses, vite et bien. D’autant que nous tournons à près de 2 500 injections quotidiennes !… Mon travail, c’est de mettre les bonnes personnes au bon endroit. Je gère chaque jour une vingtaine d’infirmières (épaulées chaque matin par quatre sapeurs-pompiers) : trois à la préparation des seringues et une quinzaine dans les box d’injections. »

Pour orchestrer cette partition sans fausse note, l’énergique chef d’orchestre peut compter sur plus de 110 infirmières des Yvelines. Mobilisées par roulement, elles ont assuré près de 100 000 vaccinations depuis la mi-janvier dans ce site hors normes !

« Nous travaillons ici sur nos jours de repos, tout en continuant à assurer nos tournées. Pourtant le personnel libéral – aussi bien infirmiers que médecins – n’est jamais mis en avant, à égalité avec le personnel hospitalier. Nous sommes oubliés… », déplore-t-elle. Ce besoin de reconnaissance, légitime, n’entame en rien la motivation de cette infirmière aguerrie.

Son seul mot d’ordre : vacciner pour gagner cette course contre la montre !

« À ceux qui doutent, et ils sont rares, j’explique que si les vaccins contre la tuberculose, la polio, le choléra ou encore le typhus n’avaient pas été inventés, nous ne serions pas tous là aujourd’hui… » Et d’insister : « Plus nous serons nombreux à être vaccinés – et je le suis –, mieux chacun d’entre nous sera armé pour vaincre, ensemble, cette maladie mortelle. »

Venir se faire vacciner au Vélodrome de SQY

Vous êtes éligible à la vaccination contre la Covid-19 ? L'inscription, en ligne, est obligatoire.

S'inscrire