Second life corner voisins le bretonneux page
  • Publié le 01/10/2020
  • Mis à jour le 07/10/2020
  • C. Cappelaere

Economie

« J’ai ouvert ma boutique pendant la crise du Covid »

Elle vend depuis des années des vêtements de seconde vie sur Internet. Elle décide d’ouvrir sa boutique à Voisins-le-Bretonneux. La crise du COVID-19 va compliquer l’aventure.

Second life corner voisins le bretonneux page
Ⓒ C. Lauté - Photothèque SQY

Son concept est dans l’air du temps. Dans cette économie circulaire qui donne une seconde vie aux objets. Son créneau : les vêtements haut de gamme. Elle les déniche et les revend d’abord sur Internet. « Ça marche très bien, alors assez vite je me suis dit : pourquoi pas ouvrir une boutique », explique Émilie Bouyges, créatrice de Second Life Corner. Originaire de SQY, y habitant et y ayant passé toute sa jeunesse, le choix d’une boutique à Voisins-le-Bretonneux s’impose.

« J’ai repéré la boutique en allant au restaurant un midi. J’ai tout de suite vu le potentiel et puis c’est à 5 minutes de chez moi ! »  Il y a la volonté, mais on ne s’improvise pas entrepreneuse. Dans son cheminement, Émilie est accompagnée par le SQY Cub. « J’y ai fait une formation. Ils m’ont aidé pour les démarches, pour l’administratif. Quand on est entrepreneur on est seul. C’est important d’être accompagné. »

« La COVID-19 aurait pu me tuer ! »

 Sa société est créée en février 2020. C’est alors qu’intervient la crise de la COVID-19 et le confinement. « Le confinement a été terrible pour moi. J’ai signé le bail de la boutique fin février et je n’ai pas pu ouvrir. J’ai dû attendre la fin du confinement pour terminer les travaux. Finalement, je n’ai ouvert qu’en juin. La période était terrible. Les gens ne sortaient pas. Les rues étaient dessertes. Ça a duré plusieurs semaines. En fait, la boutique ne fonctionne vraiment que depuis la rentrée de septembre. »

Pour l’aider dans sa trésorerie, Émilie a été aidée par la BGE 78, partenaire du SQY Cub. « J’ai obtenu un prêt de France active, mais la banque tarde encore à le débloquer. » Qu’à cela ne tienne, la jeune entrepreneuse a de l’énergie à revendre et son magasin regorge aujourd’hui de trouvailles apportées par ses clientes. « C’est un système qui fonctionne bien. Même si les débuts ont été difficiles, je suis confiante dans l’avenir et j’ai plein d’idées dans la tête pour développer le concept. »

Second Life Corner