Jana Rose Cécile da rocha
  • Publié le 09/10/2020
  • Mis à jour le 15/10/2020

Economie

Jana Rose : pour une joaillerie de luxe éthique et responsable

La start-up Jana Rose Paris incubée au SQY Cub lance, avec une campagne de crowdfunding, sa première collection de bijoux en or ornés de diamants créés en laboratoire. Son credo : faire du beau, du responsable et de l’éthique. Le message du renouveau de la joaillerie made in Saint-Quentin.

Cécile da rocha Jana Rose page

« Comment briller autrement », voilà l’idée, de Cécile Da Rocha, à l’origine de la création du joaillier « responsable » Jana Rose Paris. « Derrière le nom Jana Rose, il y a l’idée du monde que l’on veut léguer à nos enfants, confie la jeune entrepreneuse vicinoise. Pour extraire un carat de diamant, il faut déplacer 250 tonnes de minerais ! L’extraction de l’or pollue les sols, participe à la déforestation et contamine les populations locales. Nous voulons créer des bijoux autrement avec des valeurs et un modèle vertueux. » Après avoir travaillé 15 ans chez Nissan Europe à SQY, Cécile Da Rocha, rencontre, chez des amis, Dimitri Juvet joaillier de père en fils, depuis 4 générations.

Elle travaille dans le commerce international, il lui demande de négocier l’achat de diamants pour son activité. Amoureux de la nature et engagés dans le respect de l’environnement, ils décident alors de créer Jana Rose. Leur leitmotiv : offrir un nouveau visage à la joaillerie française. Ils rencontrent alors une scientifique qui créé des diamants dans son laboratoire.

« Ces diamants sont en tous points identiques avec ceux façonnés dans la nature. Après il y a tout le travail de l’homme qui est de le tailler, de le sertir. Cette expertise donne la valeur au diamant. Nos engagements c’est de sertir les diamants de laboratoire, de travailler de l’or éthique extrait dans des mines à taille humaine avec des conditions d’extraction respectant la nature et des hommes qui y travaillent. Nous travaillerons également à la pièce et de façon sur mesure avec les acheteurs. »

Première collection lancée en crowdfunding

Pour lancer sa start-up Cécile Da Rocha a intégré, il y a à peine un an, l’incubateur du SQY Cub. « C’était essentiel de se rapprocher d’une telle structure. Ça permet d’avoir un cadre et de consolider son projet. Je ne me voyais pas travailler seule chez moi. Je me suis sentie accompagnée. Même si l’expérience n’est pas simple tous les jours, avoir des professionnels qui pointent les choses à améliorer permet d’avoir un projet solide et viable. Le SQY Cub m’a également permis de rencontrer d’autres entrepreneurs. Nous partageons les mêmes doutes, les mêmes difficultés. Pour avancer, échanger nos expériences est fondamental. »

Après plusieurs mois d’incubation, Jana Rose lance dès le mois d’octobre sa première collection de bijoux de luxe, éthique et responsable via une campagne de crowdfunding. « Nous avons travaillé cette première collection avec une designeuse. Par la suite, nous proposerons également à chaque client de co-créer son bijou pour avoir une pièce unique. »

la campagne de financement va permettre de :

  • tester le marché
  • vérifier l’engouement pour ces bijoux d’un nouveau genre.

Le pari de Jana Rose est bien de proposer une nouvelle version du luxe, celle d’un objet rare acheté avec émotion et en toute conscience.