creche à nos anges page Géraldine Charouard
  • Publié le 09/04/2021
  • Mis à jour le 20/04/2021

Société

À Nos Anges, une micro-crèche pas comme les autres

Ouverte en février dernier, la micro-crèche À Nos Anges (ANA) à Plaisir réserve un de ses berceaux aux enfants de familles victimes de violences intrafamiliales. Une expérience unique en France. Découverte.

creche à nos anges page Géraldine Charouard
Ⓒ C. Lauté - SQY

La micro-crèche À nos anges (ANA) qui a ouvert récemment ses portes à plaisir est une structure originale. Au-delà de sa construction en matériaux écologiques, sa particularité réside dans son fonctionnement. Un de ses 10 berceaux est réservé de façon occasionnelle aux familles victimes de violences intra-familiales.

« Je suis très engagée pour les victimes de violences intra-familiale. J’ai travaillé 4 ans dans une association d’aide à ces familles. J’ai aussi passé un diplôme universitaire dans ce domaine et c’est au cours de mon stage d’étude que j’ai rencontré l’intervenante sociale au commissariat de Plaisir. C’est comme cela qu’est née l’idée de créer cette micro-crèche avec un berceau réservé aux enfants de parents victimes de violences », explique Géraldine Chamouard, fondatrice et gérante d’ANA.

Lorsqu’un parent victime de violence (à 85% des femmes) se rend au commissariat pour porter plainte ou faire des démarches, il n’existe aujourd’hui aucune structure pour accueillir son enfant.

Un dispositif unique en France

« Il y a de multiples occasions où une mère victime de violences peut avoir besoin de faire garder son enfant. Pour aller faire des démarches, pour participer à un groupe de parole, ou pour toute activité qui l’aide à reprendre sa vie en main et sortir de la violence comme la recherche d’un logement ou même un rendez-vous chez le coiffeur. »

Pour répondre à sa mission, la crèche est installée à proximité du commissariat de Plaisir. Un travail partenarial est entrepris avec l’ensemble des acteurs liés à la lutte contre les violences intra-familiales et les 4 personnes recrutées pour la crèche ont été formées sur ce thème spécifique. Au total, selon les projections faîtes par la micro crèche, la structure pourra accueillir entre 30 et 35 enfants par an en accueil occasionnel.

« La mère et son enfant seront envoyés par un professionnel. L’intérêt est aussi de travailler avec l’ensemble du réseau de lutte contre les violences intra familiales du département. » Pour ouvrir, la micro crèche a bénéficié d’un prêt d’honneur d’Initiative SQY et d’une aide de la mairie de Plaisir et de la Région Île-de-France, toutes deux très engagées dans le soutien à la parentalité et dans la lutte contre les violences faîtes aux femmes.

Micro-crèche A nos anges