Olivier Decazes Odelia page
  • Publié le 05/01/2022
  • Mis à jour le 07/01/2022

Economie

[ Portrait ] Olivier Decazes, l'innovation dans la cosmétique haut de gamme

Olivier Decazes vient de créer sa start-up Odélia dans l’univers de la cosmétique haut de gamme. Il a travaillé 20 ans dans ce domaine et compte bien mettre à profit son expertise.

Olivier Decazes Odelia page

Olivier Decazes est un spécialiste hors pair de la cosmétique haut de gamme. Il a travaillé 20 ans chez les plus grandes marques de LVMH et Shiseido en France et en Asie. En 2020, il quitte un poste à l’international pour lancer son projet.

« J’ai toujours été attiré par le monde des start-ups. Je me suis dit que c’était le bon moment pour tenter l’aventure, explique le jeune entrepreneur de 45 ans. J’ai d’abord voulu investir dans des jeunes pousses. Dans mon for intérieur, je voulais créer moi-même ma propre valeur. Je voulais aussi trouver plus de sens à ce que je faisais. » Il quitte donc une situation florissante et se retrouve à réseauter pour monter son projet. « Pendant 6 mois, j’ai rencontré des personnes que je ne connaissais pas et qui ne connaissaient rien à ce que je faisais. Me confronter à des gens qui pensent différemment a été une expérience extrêmement riche et passionnante. »

Il souhaite dans un premier temps s’installer à Paris, puis en lisant un article, il découvre le SQY Cub, son incubateur et son partenaire Incuballiance.

J’avais besoin d’être encadré et épaulé dans la construction de mon projet. Grâce au SQY Cub et Incuballiance, je suis entré dans l’écosystème très riche de Saint-Quentin-en-Yvelines et Paris-Saclay. Sur ce territoire, il y a un réseau économique très puissant et les meilleures écoles de France. La première université française dans le classement de Shanghai ainsi qu’Agro Paris Tech et l’Inrae.

Olivier Decazes

Une vision à 360

Son projet est basé sur une plante, dont il garde précieusement le nom, aux vertus exceptionnelles pour l’immunité et la qualité de la peau. « J’ai découvert cette plante ancestrale et millénaire qui ne pousse pas en France. Elle est utilisée dans certaines communautés, dans certains pays mais pas en Europe occidentale. C’est mon secret. Tout mon travail est de créer une marque avant qu’elle ne soit révélée. Mon concept associe la cosmétique et les compléments alimentaires. Créant ainsi une conjonction des deux effets positifs de la plante sur la santé et sur la peau. »

Mais Olivier Decazes ne veut pas s’arrêter là. « Ma vision est à 360 degrés. Je veux travailler avec l’Inrae pour implanter la production de cette plante en France et ainsi créer une filière agricole. Je suis persuadé que les débouchés sont énormes. »

L’entrepreneur souhaite également faire voyager sa marque à l’international rapidement.

« Je suis très heureux. C’est un challenge quotidien. C’est passionnant. Le chemin est parfois compliqué mais je suis convaincu de la pertinence de mon projet. Aujourd’hui, pour gagner du temps, je cherche à racheter une PME travaillant dans le domaine de la cosmétique et des compléments alimentaires, ou à m’associer à une structure de ce type. Avec une équipe déjà constituée, les démarches iront beaucoup plus vite. » À suivre.

Odélia