Stephane Blanche Antemeta bando
  • Publié le 13/10/2021
  • Mis à jour le 13/10/2021

Economie

Portrait : Stéphane Blanc, un patron engagé

Stéphane Blanc est un patron peu ordinaire. Son entreprise, Antemeta, spécialiste dans le domaine de la cyber sécurité, place le bien-être de ses salariés en haut de ses préoccupations. Portrait.

Stéphane Blanc Antemeta page
Stéphane Blanc, responsable d'Antemeta | Ⓒ C. Lauté - Photothèque SQY

 Il est affable et pourrait de vous parler pendant des heures d’Antemeta, des enjeux de la cybersécurité, mais aussi de littérature, de voyage, d’art… Stéphane Blanc est un patron généreux et sympathique. Son entreprise, qui a fêté ses 25 ans l’an dernier, réalise aujourd’hui 85 millions d’euros de chiffres d’affaires et possède des bureaux à SQY, Paris, Nantes, Lyon, Toulouse, Metz, Strasbourg et une filiale à Rabat. Il est à la tête des 160 collaborateurs à Guyancourt pour un total de 380 salariés.

« Il y a 20 ans, nous étions trois dans un ancien garage sur la nationale 10, se souvient-il en riant. À cette époque, 300 mégas pesaient 300 kilos ! L’important c’est d’être encore là aujourd’hui. De très nombreux acteurs du numérique ont disparu ! C’est un monde où il faut gérer deux à trois virages stratégiques par an. » Preuve de la bonne santé de l’entreprise, elle vient de se doter d’une extension de locaux hyper sécurisée de 450 M2 dédiée à la protection des données et va recruter plus de 40 personnes cette année. Cette réussite, immédiatement tempérée, par Stéphane Blanc « nous sommes les petits poucets du marché » s’appuie sur une conception personnelle de l’entrepreneuriat citoyen.

« Il faut que tout cela ait du sens »

Stéphane Blanc est un patron citoyen engagé. Une réminiscence d’un héritage familial. « Mon grand-père était aussi chef d’entreprise. Il a inventé la pâtisserie moderne. Je me souviens quand j’étais gamin, après être rentré d’Algérie, il voulait faire travailler les harkis. Un jour, pour défendre ses salariés harkis, il est rentré en sang à la maison. Pour moi c’était un héro ! Je me suis dit, c’est ça être un patron. Être capable de protéger ses collaborateurs jusqu’à en être en sang. » Autre point important dans la vision stratégique de Stéphane Blanc, il faut travailler en s’amusant toujours un peu. « C’est ce que je dis à mes collaborateurs. Nous faisons un métier de passion alors autant travailler dans un lieu agréable avec les moyens de passer, aussi, du bon temps ».

Résultat, bien avant que cela soit à la mode, les salariés d’Antemeta avait à leur disposition une salle de sieste, de sport, des cours de Pilate et des vélos en libre-service. « Tout cela favorise le lien avec l’entreprise, l’esprit d’équipe, la compréhension des enjeux du métier et des clients. Ça rejaillit forcement sur l’entreprise. C’est un cercle vertueux » Dernière idée du patron : offrir un livre parmi un choix de 5 (qu’il a lui-même sélectionné » à tous ses collaborateurs. « Ce n’est pas grand-chose mais ça me fait plaisir d’éveiller leur réflexion, d’ouvrir les sens à travers l’architecture, les œuvres d’art... Je pense que c’est un peu cela le rôle de l’entreprise. » Il vient aussi d’acheter une forêt abimée à reforester.

La cybersécurité a un impact écologique extrêmement conséquent. Ma volonté, en plus d’avoir une gestion des bâtiments la plus responsable possible, a été de trouver un moyen de décarbonner. Quand j’aurai 70 ans j’ai envie de me regarder dans une glace et me dire : ce que j’ai réalisé, ce n’est pas si mal que ça !

Stéphane Blanc,
Antemeta

Antemeta

  • 5 rue Jacqueline Auriol
    78280 Guyancourt

  • Tél. : 01 30 62 33 22