Equipe Recnorec 2021 page
  • Publié le 12/01/2021
  • Mis à jour le 13/01/2021

Economie

Recnorec : opération recyclage des masques

Avec son opération « bas les masques » la start-up Recnorec, anciennement incubée au SQY Cub, propose une solution de recyclage des masques chirurgicaux usagés. Explications.

Equipe Recnorec 2021 page
Ⓒ C. Lauté - Photothèque SQY

Relever le défi du recyclage des masques chirugicaux

« Notre solution de recyclage est plus simple et plus durable que ce qui ou se met au point aujourd’hui, explique Ugoline Soler dirigeante et créatrice de la start-up Recnorec. Cette start-up, spécialisée dans le traitement des déchets plastiques non recyclables et la production de matériau écoresponsable et recyclable, est une exemple de réussite de l’incubation du SQY Cub. Son dernier défi : recycler les masques chirurgicaux.

Actuellement, le recyclage de ces masques réclame plusieurs interventions. Il faut retirer le pince nez et les élastiques, qui ne sont normalement pas recyclables. Il faut également les stocker pendant 15 jours pour effacer leur éventuelle charge virale.

« Notre méthode retire toutes les manipulations. C’est plus rapide, moins coûteux et plus respectueux des personnes auxquelles on confie habituellement ces tâches. ». Le process, à température élevée, détruit toute trace microbienne. L’initiative, au stade expérimental, est en cours de mise au point. « Nous avons récolté des masques usagés et commencé les tests. Nous avons validé le fait que les masques peuvent bien entrer dans notre process et se mélanger aux autres plastiques non recyclables. Au final, nous créons des objets avec le matériau issu de ce recyclage. » Ce projet, déployé en ce début d’année sur la commune de Plaisir, est soutenu par la Région Île-de-France au travers d’une subvention de 10 000 euros.

Grâce à son budget participatif écologique, la Région contribue également au développement de deux autres projets : la start-up travaille à la création de composteurs à partir de son matériau innovant. Ces derniers seront créés en partenariat avec des menuiseries d’établissements et services d’aide par le travail (ESAT). Le projet est mené dans la commune de Plaisir où est située la start-up.

Un démonstrateur industriel à l’étude

L’autre grand projet de Recnorec est encore plus ambitieux. Un démonstrateur industriel des plastiques considérés comme orphelins de solutions de recyclage est à l’étude. « Nous avons prouvé la viabilité de notre système qui transforme les plastiques non recyclables en un matériau propre qui ressemble à du bois et avec lequel on peut construire la plupart des objets connus en bois. Il s’agit de passer à un stade de fabrication plus industriel, sur des pièces plus grandes. » Le démonstrateur devrait être construit à SQY en 2021. « Des petites unités seront ensuite déployées un peu partout. »

Reste à Recnorec à boucler son budget qui s’élève entre 3 et 5 millions d’euros pour la préfiguration et la construction du démonstrateur. La levée de fonds est en cours, notamment auprès des particuliers. La start-up a recruté 9 personnes. Elle étudie aussi les débouchés de son matériau recyclé et cherche des revendeurs. Les possibilités sont immenses puisque tout ce qui est aujourd’hui fabriqué en bois pourrait l’être à partir de ce matériau recyclé.

L’enjeu est majeur puisqu’une tonne de plastiques devient une tonne de matériau et préserve 3 tonnes de CO2