Proto 308 autonome page
  • Publié le 15/03/2021
  • Mis à jour le 15/03/2021

Déplacements

Voiture autonome : première expérimentation avec PSA

Premier constructeur à avoir obtenu, en 2015, l’autorisation de tester ses véhicules autonomes sur autoroutes et voies rapides, le Groupe PSA étend son champ
d’expérimentation à Saint-Quentin-en-Yvelines.

Vincent Abadie page
Vincent Abadie | Ⓒ C. Lauté - SQY

Vincent Abadie, maître-expert véhicules autonomes, nous en explique le fonctionnement et les contraintes : 

«Sortir d’un environnement autoroutier pour tester nos véhicules autonomes en zones périurbaines va nous permettre de mener des expérimentations technologiques beaucoup plus complexes. Le but, à terme, est de développer à la fois des solutions pour les clients particuliers et des solutions de mobilité partagée: navettes autonomes, robotaxis, etc.»

Gérer tous les cas d’usage

«Notre choix s’est porté assez naturellement sur Saint-Quentin-en-Yvelines, qui possède des infrastructures modernes, de qualité et très bien balisées. Les agglomérations structurées comme celle de SQY seront, j’en suis convaincu, parmi les premières à voir se développer des solutions de mobilité autonomes.

Au total, sept parcours ont été identifiés. Cette phase de roulage en routes ouvertes va nous permettre de gérer les interactions avec des « usagers vulnérables » (piétons et cyclistes) et de rencontrer tous les cas d’usage en ville : feux, stop, céder le passage, intersections… Insérer un véhicule autonome dans un rond-point chargé, par exemple, est extrêmement difficile, sachant que l’intelligence artificielle prendra, par définition, moins de risque qu’un conducteur humain.

Proto 308 autonome page
Ⓒ Groupe PSA

Deux catégories de véhicules, identifiés par une signalisation extérieure, se partageront ce terrain d’expérimentation.

  • Dans le cadre du projet Urban Auto Driving, les véhicules ont été conçus en interne (intelligence, logiciel, conception…) et sont sous la responsabilité et la maîtrise du Groupe PSA.
  • En parallèle, des véhicules dont certaines parties sont travaillées avec nos partenaires Safran et Valeo, dans le cadre du laboratoire partagé « JointLab », circuleront sur ces mêmes parcours.

Nous avons obtenu l’ensemble des autorisations de la part du ministère des Transports, de la préfecture, de SQY et des collectivités pour une durée de 18 mois.

Cette expérimentation, lancée en janvier, se poursuivra très probablement sur 2 ou 3 ans, peut-être avec des définitions de véhicules plus avancées.»

Les projets de PSA autour de la voiture autonome