SqyMag043-16_CL_une
  • Publié le 19/08/2019
  • Mis à jour le 20/09/2019

Vie pratique

Producteurs locaux

  • Manger local

Le plan d’actions de Saint-Quentin-en-Yvelines pour une agriculture locale et des circuits cours a été adopté en juin dernier. A travers le vote de ce plan, les élus ont envoyé un message fort : l’agglomération va veiller à répondre à la demande croissante des saint-quentinois en alimentation de proximité et de qualité.

Un contexte national et régional favorable

Les États généraux de l’alimentation (EGA) qui se sont tenus de juillet à décembre 2017 ont permis de révéler les attentes sociétales en faveur d'une alimentation plus saine, durable et accessible à tous. A l'issue des EGA, le gouvernement a annoncé un objectif de 50% de produit bio ou de qualité dans la restauration collective publique d'ici 2022 (cantines scolaires notamment).

P_titTourALaFermeCL123
Produits biologiques | Ⓒ C. Lauté - Sqy

Afin de répondre à ces attentes, la France s'est engagée à restructurer ses filières agricoles en confortant l'ancrage territorial de la production pour assurer de nouveaux débouchés commerciaux aux agriculteurs (restauration, collective, circuits courts...). La région Ile-de-France s'est, elle aussi, engagée en faveur d'une agriculture durable et de proximité150 millions d'euros sont annoncés sur la période 2018-2022, pour permettre, entre autres :

  • la préservation du foncier agricole,
  • l'aide à l'installation de jeunes agriculteurs,
  • le triplement des surfaces en agriculture biologique,
  • la création d'une marque "produit en IDF",
  • ou encore le développement des circuits courts.

Sqy, terre de ressources

ChampsVillepreuxGR103
Champs de Villepreux | Ⓒ G. Robin - Sqy

A Sqy, les espaces agricoles occupent 21% du territoire, soit 2500 hectares (dont 300 hectares ont été convertis au bio les 3 années précédentes) sur lesquels interviennent une trentaine d'exploitations. Ces espaces agricoles représentent aujourd'hui une formidable opportunité pour le territoire, tant au niveau environnemental et paysager qu'au niveau du potentiel économique qu'ils représentent.

Dans un contexte national de profonde mutation d'un secteur soumis à de fortes problématiques (pression foncière sur les terres agricoles, baisse des revenus et endettement des agriculteurs, impact du changement climatique...), les espaces agricoles sont aujourd'hui appréhendés comme favorisant les emplois locaux et une alimentation de proximité. Ils participent également à préserver l'environnement et le paysage. Mais les espaces agricoles ne sont pas la seule ressource du territoire. En effet, un renouvellement de générations est en cours, avec de jeunes agriculteurs porteurs de projet et qui souhaitent éveiller les consciences. C'est pour ces raisons que le développement de l'agriculture est inscrit dans les documents cadres de Sqy (PLUi, PCAET) et que l'agglomération souhaite accompagner les agriculteurs dans la transformation de leur secteur d'activité. Et pour ce faire, l'agglomération dispose de plusieurs leviers.

L'agriculture en chiffres*

chiffres_agricoles
Ⓒ Sqy
  • 21% Terres agricoles (2 556 ha)

  • 32 Exploitations agricoles interviennent sur le territoire

  • 20 Sièges d’exploitations agricoles

  • 97% Des surfaces agricoles en grande culture, essentiellement céréales et oléagineux

  • 8% Des surfaces cultivées en AB (208 ha)

Un PAT pour répondre aux objectifs nationaux et régionaux

AlainArriatIllstGR103
Produits régionaux | Ⓒ G. Robin - Sqy

En partenariat étroit avec Terre et Cité, Sqy s'est doté d'un programme alimentaire territorial (PAT) en mars 2017.

Le PAT est inscrit dans la loi d'avenir pour l'agriculture et assure la promotion de modèles agricoles diversifiés et respectueux de l'environnement en développant des produits locaux de qualité, bio, sans OGM et en favorisant les circuits courts.

L'objectif est de mettre en place un système agricole territorial alimentant un bassin de consommation en produits locaux et de répondre ainsi aux attentes sociétales de préservation de l'environnement et de la santé.

Les circuits courts, un levier pour la filière agricole

L'engouement des consommateurs autour d'une alimentation saine et durable représente un véritable levier pour le développement d'une agriculture locale. Ces dernières années, plusieurs exploitations saint-quentinoises se sont tournées vers des modes de production plus vertueux et respectueux de l'environnement et vers des circuits de distribution plus directs, rapprochant le consommateur du producteur.

Des AMAP (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne) à la vente directe à la ferme en passant par d'autres initiatives comme "La Ruche qui dit oui", les débouchés ne manquent pas pour ceux qui souhaitent se tourner vers les circuits courts. Certaines AMAP comme celle de Villepreux (100% Villepreux) ont été créées spécialement pour soutenir de jeunes agriculteurs nouvellement installés. Et ils sont de plus en plus à se lancer dans l'aventure : Florence Morlière et Clément Benil à Villepreux, Robert Pires et Hervé Givry à Magny-les-Hameaux ont décidé de changer de vie professionnelle pour "revenir à la terre" et répondre à leurs convictions. Ils souhaitent transmettre leurs valeurs aux jeunes générations, avec le goût d'une alimentation saine et de saison et l'envie de préserver l'environnement.

    ClementBenilGR131
    Clément Benil, agriculteur à Villepreux | Ⓒ G. Robin - Sqy
    FlorenMorlierGR126
    Florence Morliere, agricultrice à Villepreux | Ⓒ G. Robin - Sqy
    HerveGivryGR124
    Hervé Givry, agriculteur à Magny-les-Hameaux | Ⓒ G. Robin - Sqy
    RobertPiresGR118
    Robert Pires, agriculteur à Magny-les-Hameaux | Ⓒ G. Robin - Sqy

8 exploitations spécialisées + Ferme de Grignon

  • 3 En maraîchage

  • 1 En élevage : poules pondeuses, volailles et viande bovine

  • 1 En poly-activités : poules pondeuses, miel, fruits rouges

  • 1 En horticulture

  • 1 En arboriculture

  • 1 En élevage de vaches laitières

* Source : Observatoire de l’agriculture locale, Service Projet de Territoire et Développement Durable Direction urbanisme et Prospective – 2018